Forum Tunisien de Discussions Libres et Constructives
AccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trop D'la Merdouille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Trop D'la Merdouille   5/7/2007, 21:20

Anna M tape_tete
Synopsis: Anna se dit qu'un certain docteur est amoureux d'elle, est est un peu neuneu, et pis il commence a avoir de la haine, parce que sa convictions n'etait pas si cartesienne que ca (Bien fait pour la gueule a cette pauv'conne)


Voyez-vous, c'est pas que je ne sache pas ecrire un synopsis, c'est juste que je ne vois pas l'interet d'embellir le resume de ce film parce qu'il est chiant, et d'un autre putain de cote pas raccrochant mais alors pas du tout.

Bon alors Michel Spinosa et tout il n'est pas vraiment incognito, ce marseillais a realise genre trois ou quatre films, Emmene moi, disparus et je me rappelle plus des autres, ah non attendez oui oui, et aussi la parenthese enchantee (s'il vous plait).

Bien que le nom de ce realisateur est accrochant, genre bon sicilien qui se respecte (ou corse), ce n'est pas vraiment le cas de son film Anna M.

Bon l'on le sait, la plupart des sujets abordes par les films francais, porte sur la folie et gens pas vraiment bien dans leur peau, qui se sentent dans l'envie d'aller chier dans les bottes aux autres.

Le realisateur a commence a rater son film tout en ratant l'organisation des situations qui montre qu'Anna en pince (foutrement) du Docteur Zanevski (Si, si, il s'appelle ainsi) et le film finit par devenir une seance d'exercise pour machoires...
Ouvrez la machoire, inspirez, couvrez votre bouche avec votre poignet, expirez.
Et les baillements de l'audience pleuvent comme les mediocrites que degage ce film.

Mais si j'ai pas vraiment aime Anna, j'ai eu de la pitie pour Isabelle Carre pour ses tentatives de sauver ce "film", mais bon de ce cote la j'ai aussi vu mieux, beaucoup mieux (Audrey Toutou dans A la folie pas du tout).

Gilbert Melki, et ben lui c'etait vraiment con de sa part qu'il accepte ce role, ca le rend niais et vraiment egare loin, loin, pres des vaches et des veaux.
C'est pas de sa faute, c'est surtout le decor depasse qui ne lui reussit pas, et oui decor d'antan qui ajoute un peu de poussiere sur le sable qu'on chope dans l'oeil.

Un film qui essaye de traiter de l'erotomanie, mais n'apporte rien de plus.
Et qui, d'autant plus, est vraiment trop pas credible du tout, mais alors rien avec les situations que Michel a voulu projeter.

J'ai eu l'impression qu'on me prenait pour un debile, un pere de famille confie ses filles a une parfaite inconnue, et comment, putain, elle a pu infiltrer cette famille voisine. Je me suis senti mal a l'aise en regardant docteur de mes-deux-ski, se debattre pour echapper a la prise de cette "terrifiante" et "horrible" erotomane.

J'ai supplie mon dieu pour que quand je cligne des yeux, la pellicule soit brulee en voyant l'avant derniere scene.
Oh mon dieu, je ne veux pas me rappeller de ce moment ou j'ai vu l'avant derniere scence d'Anna M.

N'ALLEZ PAS VOIR CE FILM!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Big Movie   12/7/2007, 22:43

tape_tete Big Movie

Synopsis: Quatre tarlouzes (et orphelins) vont avoir des problemes. Ils ont eu une enfance hors du commun (et super chiante), l'un est le fils d'un restaurateur au Louvre, l'autre a vecu une enfance traumatisee parce qu'il a ete attaque par des serpents a bord d'un avion, le troisieme est un Mutant qui sort d'une ecole a malformes comme lui et le dernier fait du catch.
Ensuite blablabla parodie de charlie et la chocolaterie blablabla parodie de Gnarnia blablabla parodie des Pirates de caraibes blablabla Le Roi Lion blablabla, ect.
Et pis la fin on la sent venir

Critiques et impressions: Ce film est a chier, vraiment vraiment a chier. Deja que j'aime po les parodies, Scary movie (gnih, gnih, gniah)...
Mais ce film est une tres tres grosse merde produite par Twentieth Century Fox (Celle la quand elle decide d'etre un sphincter...)
L'humour cra-cra de scary movie est vraiment elabore et foutrement bien ficele compare a ce ramassis de conneries mievres et on finit par se convaincre que, oui les ricains sont cons. Ce film est reste deux semaines numero 1 au Box Office.

Chions maintenant sur la fiche technique du film.
On va pas se gener et tout court, le script est a chier, les acteurs sont a chier, le dialogue est a chier, les scenes sont a chier et ce film est a chier.
Et pis bordel, je perd du temps a analyser ce film.
Ce film est un navet, vraiment chiant, decevant et navrant et tous les adjectifs qui mettent en valeur toute forme de lourdeur.

N'ALLEZ PAS VOIR CE FILM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   12/7/2007, 23:58

Bleach a écrit:
tape_tete Big Movie

Synopsis: Quatre tarlouzes (et orphelins) vont avoir des problemes. Ils ont eu une enfance hors du commun (et super chiante), l'un est le fils d'un restaurateur au Louvre, l'autre a vecu une enfance traumatisee parce qu'il a ete attaque par des serpents a bord d'un avion, le troisieme est un Mutant qui sort d'une ecole a malformes comme lui et le dernier fait du catch.
Ensuite blablabla parodie de charlie et la chocolaterie blablabla parodie de Gnarnia blablabla parodie des Pirates de caraibes blablabla Le Roi Lion blablabla, ect.
Et pis la fin on la sent venir

Critiques et impressions: Ce film est a chier, vraiment vraiment a chier. Deja que j'aime po les parodies, Scary movie (gnih, gnih, gniah)...
Mais ce film est une tres tres grosse merde produite par Twentieth Century Fox (Celle la quand elle decide d'etre un sphincter...)
L'humour cra-cra de scary movie est vraiment elabore et foutrement bien ficele compare a ce ramassis de conneries mievres et on finit par se convaincre que, oui les ricains sont cons. Ce film est reste deux semaines numero 1 au Box Office.

Chions maintenant sur la fiche technique du film.
On va pas se gener et tout court, le script est a chier, les acteurs sont a chier, le dialogue est a chier, les scenes sont a chier et ce film est a chier.
Et pis bordel, je perd du temps a analyser ce film.
Ce film est un navet, vraiment chiant, decevant et navrant et tous les adjectifs qui mettent en valeur toute forme de lourdeur.

N'ALLEZ PAS VOIR CE FILM


Tu regardes les plus grosses merdes a l'americaine et tu t'etonnes que c'est nul a chier !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   31/8/2008, 15:21

J'ai vraiment ete decu par ce film.
Tres decu.
En fait Sex and The City 08 est... comment dire... Comme un episode de la serie ecrite par un stagiaire donc super saoulant mais qui dure cette fois ci plus de 2 heures. Ce qui etait une serie culte qui a file un coup de jeune aux sitcoms a ete detourne pour faire un navet dans le genre de The Devil Wears Prada ou autres idioties du genre.
Moins de reflexions rigolotte de Carrie et place a quelques gags plat ca et la ou alors des expressions faciales meme pas digne d'un walt disney de la part des quatres heroines.

L'histoire n'etait pas mal au debut, cependant, mais le demerrage apres quelques courtes minutes a foire et c'est devenu un peu penible a regarder.

Une sequence vaaaachement longue de montage pour montrer les gens a noel sur un fond d'un morceau qui irrite les oreilles.


Les noirs etant une race encore plus susceptible et chiante que les juifs ou arabes en racisme (mais etant neanmoins une cible de consommation naive pour peu qu'elle soit flattee) Sex and the City, co a engage une des leurs.
Une noire typique de l'image de ce bon noir descendant de bon vieil oncle benz qui a su s'integrer en societe tout en gardant les acquis de son bel heritage.
Elle est ronde avec une coiffure qui oscille entre coiffure affro-americaine et cheveux a la beyonce.Elle est "sympathique", du genre ce qu'une eddy-murphy-post-shrek-femelle serait. Elle parle avec un accent affro-americain: "Watcha gonna do gal, o' men a' just cray-zee" ET ELLE VIENT DE SAINT LOUIS!!!
La voici:

Une pose typiqument affro americaine de bon entendeur avec le sac Louis Vuitton offert par Carrie Bradshaw:


Carrie heureuse d'avoir fait plaisir a son assitante-amie, un sourire hideux mais sincere.

Et la Sarrah Jessica Parker elle fait peur.


Bref, voila, ce film est moche et sans aucun interet meme pour moi un fan de la serie. Peut etre parce que les quatres effrontees n'ont plus l'age a faire des culbutes a tout va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   4/9/2008, 13:44



C'est marrant ce que la sci-fi peut froler le ridicule.
Sous pretexte que l'art peut se permettre presque tout, les realisateurs
se permettent de forniquer avec n'importe quoi.
C'est le cas d'eden log, une merde qui peine a prouver que c'est le fruit d'une cogitation minutieuse.

Un decor chaotique dans un laboratoire desaffecte suite a un evenement malheureux qu'a seme une pagaille comme pas possible, un ordi a la voix sulfureusement feminine qui suite a des '' donnes erronees'' est devenu mortellement irrationnel, des gardes de securite aux intentions louches, une plante emprisonnant quelques ouvriers, des mutants assoifes de sang et completement instinctifs et deux personnes -une femme mysterieuse et un homme amnesique- qui baisent puis essayent de s'ensortir.
Et aucun des points cites precedemment n'a ete developpe, tout est merdiquement livre en vrac sans aucune explication honnorable, si ce n'est quelques bribes d'enregistrement, eparpilles ca et la, qui deviennent d'une extreme lourdeur .
Voila messieurs-dames le film que j'ai essaye, tant bien que mal, de finir faute de pouvoir faire autre chose.

C'est pourtant triste parce que le film ne manque pas d'esthetie, le debut aurait bien pu etre sympa s'il etait mieux edite mais on tombe rapidement dans une spirale ennuyeuse et lourdement previsible.
C'est la faute a la production, ils avaient de la matiere, ils auraient pu mieux faire avec le scenario mais finalement ont prefere de bourrer le film de longues scenes sans interet afin d'en allonger la duree jusqu'a celle d'un long metrage.

La permiere fois ou j'ai entendu parler de ce film etait dans un interview consacre, le realisateur (Franck Vestiel) disait que c'est un film a petit budget, bah pourquoi donc avoir engage Clovis Cornillac alors que le film est gourmand en moyens?
Quand on veut engager une star dans un film au budget a la ramasse, on doit s'assurer qu'on tient un project en beton, comme Gilliam dans L'Armee des 12 singes.
Dans le cas echeant, on laisse tomber les stars en optant pour des visages meconnus, surtout si le role ne necessite pas un talent precis.
N'importe quel agence de casting aurait pu trouver un bon gars qui assurerait un max dans ce role.
Et justement qu'on en parle de Clovis, aussi expressif qu'un gobelet jetable froisse. Je veux bien que le role fait ca, mais je le soupeconne qu'il s'est bien marre en restant peinard a ne rien foutre.
Franck Vestiel a laisse tomber la direction des acteurs et s'est emporte en cherchant d'endroits ou il peut mettre ca camera, resultat: un coup on regarde par dessus, un autre en regarde d'en dessous et a la fin on grimace tellement on se ne retrouve plus dans ce labyrinthe. Comme si les quelques rare lignes d'une simplicite desolante et le scenario vide et mediocre ne lui suffisait pas, il s'est decide d'enfoncer encore
plus profond le clou avec une fin enervante et foutrement baclee. Un effet special a deux balles et quelques images synthetises et merdiques et un Clovis tout vert.
Ce qu'aurait pu etre une oeuvre sympatoche a fini par etre l'un de mes
pires cauchemars: Je n'ai que ce film ci, et la nuit risque d'etre longue, vraiment longue.

Bref, ce film ne merite meme pas un bof mais qu'on en brule la pellicule en gardant la bobine qui la contenait, celle ci servirait a frapper Fanck repetitivement sur la tete jusqu'a ce que mort s'en suive...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   7/9/2009, 04:18

Phidias a écrit:
Alors, quoi d'Balouze Merdouille récement ?

S.Darko: A Donnie Darko Tale!



Donnie Darko etait un pur chef d'oeuvre foutrement divin de realisation cinematographique.
C'etait un film exceptionnellement fabuleux alliant une experimentation photographique reussie et une maitrise jouissive et destabilisante de concepts migraineux tel que voyage temporel, trous noirs, pertinence divine ou schyzophrenie.
Helas, Donnie Darko a souffert d'un mauvais timing (merci Ben Laden) et une promotion pauvre a sa sortie sur les grands ecrans. Mais sa sortie sur DVD lui a permis d'etre reconnu comme un film culte et permettant aux rares chacneux qui ont pu deja le regarder, les moins chanceux et les curieux de s'assoir et dissequer intimement cet ecrasant opus ecrit et realise par Richard Kelly.
Donnie Darko etait elegant, gracieusement mysterieux et la derniere chose dont il avait besoin serait un deuxieme volet de pietre qualite qui viendrait chier sur son accomplissement.

Synopsis: Samantha Darko la soeur de Donnie a quitte son foyer parental accompagne de son petit ami pour aller commencer une carriere de danse a Los Angeles. Bla bla bla panne de la voiture, blablabla village peuple de deux formes de connards blablabla un camp blablabla un autre blablabla Samantha rencontre Iraq Jack un veteran de la guerre du golf blablabla questions merdique de ce dernier blablabla reponses plus lourdingues de la connasse blablabla a chier.

Ce film est une propre animosite que je ne pourrais jamais piger. Il existe bon nombre de suites d'oeuvres inutiles qui servent a peupler les cimetieres des rayons DVD. Mais meme avec ce risque, Donnie Darko reste un mauvais candidat pour un contrat de franchise de par sa complexite et sa fin POINT BARRE. Et donc non seulement S.Darko est une merde rance de maniere flagrante comme film, ca devient une catastrophe grotesque et absurde en etant un Volume 2 a une saga, foutrement imporbable, Donnie Darko.
C'est du foutage de gueule peu original qui se contente de ressasser l'excellentissime scenario de Richard Kelly que de se casser le cul a creer des singularites qui lui seraient propres.
En fait, c'est un plaggiat de Donnie Darko seulement au lieu d'un superbe Jake Gyllenhaal psychotique, on nous colle une ridicule Daveigh Chase qui arrivent difficilement a se tenir reveillee durant ses repliques.

Chris Fischer le realisateur et Nathe Atkins le scenariste (qui merite une lapidation pour les repliques mievres et niaises) semblent avoir eu des ordres a rechauffer l'iconographie Donnie Darko, avec ce petit jeu bien tiede tu vois/tu me vois pas avec le destin, pour un autre round, perdu, d'une maniere aussi fraiche qu'une lingette usee.
Le masque de Frank (porte ici par le veteran comme une marque d'auto-flagellation), les vers de lumieres qui guident les gens a leurs destinees, et l'ultimatum morbide avec cette fois une pluie de meteores le jour de l'Independance Day a l'heure H.
S.Darko degoutera tous les fans purs et durs de Donnie Darko qui ont decortique celui ci de maniere academique.
Crish Fisher a opte pour une repetition timide mais tres saoulante, croyant que ce sera un ticket Willy Wonka pour une acceptation massive, plutot qu'essayer d'innover.
Et bien que le personnage de Samantha est le seul lien entre les deux films, elle n'a aucune explication credible pour ses hallucinations (qui se veulent similaires a ceux de son frere), a part un pretexte d'une idiotie cauchemardesque: Elle a le meme sang que son frere circulant dans ses veines. Gachant ainsi meme la tentative foireuse et foiree de ce connard, qu'on ne devrait plus laisser s'approcher d'une camera, a rapporter la noirceur, l'angoisse et tout autre natures insaisissables que degage Donnie Darko.
Pour conclure, la difference entre le premier et le deuxieme film est bien simple:
Alors que Richard Kelly a pu inventer un monde subliment extravagant de metaphysique et problemes domestiques et a su, d'un talent aussi inne que magnifique, comment le traiter et le tourner. Chris Fischer a ete complice d'un crime artistique instigue par des producteurs aussi debiles que cupides, qui n'ont jamais pu comprendre ce que Kelly a accompli mais avaient les droits sur Donnie Darko.
Un semblant de ce qui reste en moi est mort ce matin, ne faites pas la meme gaffe.
_________________________________________________________
Sans Transition (meme si je suis toujours en rogne):
Une bande annonce bien allechante du prochain film de Tim Burton.
Vous savez surement de quel film je parle, Alice in Wonderland.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   21/4/2010, 23:43

Phidias a écrit:
Alors, quoi d'Balouze Merdouille récement ?
The Secret Life of Bees!


Après huit ans d’absence, Gina Prince-Blythewood nous revient avec un film possédant de nombreux éléments qui auraient pu en faire un chef d’œuvre.
Et ce sont ces mêmes éléments (le roman que j’ai beaucoup aimé, la prodigieuse Dakota Fanning) qui m’avaient donné beaucoup d’espoir et pourtant, j’ai eu le cœur brisé.
Le roman est une œuvre séduisante qui traite de thèmes très belliqueux comme la maltraitance sur mineur ou les vagues de violences racistes des années 60. L’histoire d’une fille (Dakota Fanning dans le film) qui a trouvé refuge dans une maison de sœurs noires pendant que les rues des états du sud s’enrageaient contre les actes civiques passés en faveur des gens de couleurs.
Le roman est un coup de poing en douceur bourré de symbolisme, mais l’arrière gout de conte de fée mélancolique, qu’on chope en le lisant, se transforme en une discordance amère en regardant le film.
Et outre la pauvreté de réalisation, Gina Prince-Blythewood enfonce le bouchon encore loin en bousillant le jeu des acteurs. Au lieu de laisser les personnages s’épanouir, elle coupe les scènes de façon abrupte avant de piquer net vers d’autres. Enlevant au film toute sa subtilité, on se demande si elle n’a pas compris que l’un des points forts du roman est le mariage des deux histoires : La difficulté avec laquelle la population noire émerge et le périple douloureux d’une petite fille pour retrouver sa place.
Le film avait tout pour devenir un des chefs d’œuvres cinématographiques relatant de la société américaine mais finit par paraître comme un vulgaire téléfilm de dimanche.

_________________________________________________________
Les chiens qui détiennent le droit sur Sex & The City reviennent à la charge et cette fois-ci, ça promet.
Les quatres vieilles peaux s'en vont à Abu Dhabi et putain que ça s'annonce merdique.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   10/8/2010, 19:26


Je doute que cette note plaira à Belial, mais la sympathie peut aussi bien naître dans la divergence que la convergence d’opinions, mhm mhm.
Cela bien dit, j’ai détesté ce film et ça me tardait de venir venimer dessus ici.
Par où commencer, par les acteurs qui ont l’air d’être plus mal à l’aise que les esprits fragiles qui ont pu les regarder ? Le flou ridicule sur des parties que le réalisateur aurait pu simplement ne pas les montrer ? Ou cette désagréable sensation de déjà-vu, mon ex qui me racontant lourdement ses problèmes trop pas cool qui la faisaient chier grave ?
Commençons par mon ex, ou plutôt sa ressemblance avec le film.
Quand on essaye de captiver un spectateur/auditeur, on devrait soigner veiller à ce que la forme soit un poil soigné et ce, aussi intéressant que le contenu pourrait-il être. De même que machine coupait au beau milieu d’une histoire (piètrement racontée) et piquait sur une autre (tout aussi saoulante), me laissant confus et pesnant à d’autres trucs pendant que les traits de ma tronche s’activaient comme si j’avais quelque chose à cirer de ce qu’elle disait, le film met des plombes inutiles à avancer dans l'histoire avant de virer net sur une autre oh-mon-dieu-que-c'est-pas-trop-moralesque sorte d'histoire. Ainsi, je peinais à garder ma jauge d'intéressement en regardant un connard s'éterniser à s'assoir ou un autre à frapper le-dit premier connard. Appelez ça de l’excentrisme avant-gardiste, de la nonchalance indépendantiste, ou ce que vous voulez mais moi je l’appelle un manque de créativité déguisé.
Le dialogue est inexistant et les on aurait pu très bien se passer des autres bribes, et ce tout rend ce style copié de caméra embarquée très lourd et très dépassés.
Maintenant, le flou ridicule sur des parties que le réalisteur aurait pu simplement ne pas les montrer.
Je trouve quand même bien chié qu’une personne qui essaye de choquer finit par se trahir en ne pas montrant une des plus grandes controverses humaines, à savoir : La bite.
Certains m’ont dit que c’est fait exprès pour accentuer sa présence, d’autres m’ont dit que Miiko était obligé de la flouer à cause de la censure, moi je dis que dans les deux cas, ça a grandement contribué à ma répulsion de ce film. Car pour le premier avis, je trouve qu’un film qui commence par un père sautant sa prostituée de fille est suffisamment accentué, flambé même. Et pour le deuxième avis, garder ces scènes flouées au lieu de s'en débarrasser nuit atrocement à la crédibilité de la finalité.
Enfin les acteurs qui ne m’ont pas du tout convaincu car ils se pavanent comme des Bruce Lee avec des expressions superficielles et non comme des gens qui ont chié un bon coup sur le sens commun de la morale. Un film qui se veut explicite doit veiller à ce que les acteurs fassent de même pour leurs sentiments et leurs émotions et non s'attendre à ce qu'une audience de bienfaiteurs interprètent à sa sauce.

Pour finir, le film sera un culte pour certains mais je l'ai trouvé, surtout ayant régardé Theorem, d'une absurdité involontaire et criante.

_________________________________________________________
Sans aucune transition, Stone avec De Niro, Norton et la belle Milla Jovovich.
L'histoire d'un pyromane (Edward Norton) qui essaye de sortir de prison en obligeant sa femme (Milla Jovovich) à séduire son officier de parole (Robert de Niro). L'histoire semble être aussi balèze que le casting, ça promet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belial
Homulus Administratus
Homulus Administratus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1722
Age : 61
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   11/8/2010, 02:07

Je n'ai reconnu de quel film tu parlais que vers le milieux.

Bon c'est clair qu'on n'est pas du tout d'accord là-dessus, mais comme on dit "chacun ses goûts". Ca ne me pose aucun problème de voir quelqu'un détester totalement un film que j'ai beaucoup aimé, au contraire parfois ça peut même être intéressant puisqu'on peut en parler d'une autre façon, surtout quand c'est bien argumenté.

Je commence par la censure et les parties "floues", j'ai lu quelque part que pour un film "mainstream" (enfin, si on peut dire ça sur Visitor Q), il est interdit de montrer les poils pubiens des acteurs. Bon c'est à vérifier (surtout qu'on peut voir ceux de la fille de loin dans la fameuse scène du "Mystery of life").

Sinon le reste du film a bien un sens. L'interprétation n'est peut-être pas directe ou facile, son exécution n'est pas de tous les goûts, et même le sens n'est pas très attirant pour tout le monde, mais il y a quand même "quelque chose à en tirer". Je ne pense pas avoir quelque chose de nouveau à ajouter à ce que j'ai dit dans le blog.

Takashi Miike est, pour moi, un véritable génie de l'humour noir, exactement comme je l'aime. À la fois gore, violent et déguelasse tout en étant loin des "clichés" du genre. Je comprends parfaitement que ça ne va pas plaire à tout le monde (et pas uniquement son humour), et en fin de compte tout le monde est libre d'insulter ou de vouer ce que bon lui semble.

Je n'ai par contre pas vu Teorema. Je sais déjà que Visitor Q est très inspiré de celui-ci.

_________________
"Plus vous serez fanatiques, plus vous serez éclairés !"

http://belialmv.blogspot.com/

http://www.metal-waves.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.metal-waves.com
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   11/8/2010, 03:25

Je te comprend bien, et le film je l'ai découvert grâce à ton blog.
Sinon, comme tu as dit les couleurs et les goûts.
Tout le monde m'a dit que je devrais regarder Dead or Alive et que j'ai jugé ce film comme si c'était Tarantino ou Richie qui l'aurait réalisé. Et c'est bien vrai.
Je m'explique, je suis de cette école ou on considère qu'un bon film est un film qui retiendrait un souffrant du déficit d'attetion.
Chaque transition linéaire doit contenir quelque chose d'intéressant en elle-même, e.g. Les conversations entre acteurs dans les films des réalisateurs que j'ai cité.
Sans parler de ma phobie exubérante des films qui dénoncent des machins ou veulent forcer des opinions dans nos gorges. Visitor Q en fait partie, même si le réalisateur ne le voulait pas parce qu'un film qui se veut très fidèle à la réalité est un film qui vise à porter notre attention à un aspect de cette réalité.
Qu'un film nous éclairent sur certaines points à coups d'anecdotes, c'est bien gratifiant. Moi même je pense que ce que je suis maintenant est en grande partie grâce à/à cause de Fight Club que j'ai visionné la première fois à l'âge de douze ans.
Mais il ne doit pas manquer d'une certaine originalité esthétique qui le différencie de la vie réelle. Parce qu'il n'est pas la réalité. C'est une projection depuis une bande de gens qui prétendent être d'autres.
Pour ce, ça m'est lourd de passer regarder sur un écran des dizaines de secondes (une éternité en pellicule) des gens filmés de la même manière que j'aurais pu les regarder directement avec mes propres yeux.
D'autre part, j'ai trouvé par exemple Taxidermia plus choquant même si les sujets sont moins délicats que de Visitor Q, parce que le contenu a été enjolivé d'une façon à la fois musclé et subtile. J'ai utilisé le mot absurde parce que Miike s'est contenté d'entasser les sujets en les annonçant de façon très crue: Avez vous sauté votre fille? Avez vous tapé votre mère? Annulant carrément l'effet de scènes qui viennent après. On a déjà compris ce qu'il va se passer, on s'attend à ce que la scène va ajouter au message, mais en fait pas grand chose.

Finalement pour le jeu des acteurs, ce n'est pas une question d'accessibilité, j'apprécie énormément le travail de Jean-Louis Barrault qui est vraiment inaccessible. Ses performances de mimes ne sont pas aisés à saisir.
Mais le jeu des acteurs de Visitor Q est tout simplement pas crédible et pas cherché.
Dans la scène où le visiteur assomme le père pour la première fois, c'est foutrement clair qu'il s'y attendait, tout crispé tout tendu qu'il était.
Dans la scène ou le visiteur va l'assomer une deuxième fois il se met à se méfier du tout autour sans aucune raison plausible.
Et pour finir, ou bien que la maman a le dos crispé ou alors qu'il y a de l'insuline dans la seringue, mais si son dos va bien et qu'elle s'est shoutée à l'héroïne, c'est une très mauvaise actrice.
Sans parler de son visage quand elle essaye de sentir le slip de son mari.

Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belial
Homulus Administratus
Homulus Administratus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1722
Age : 61
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   11/8/2010, 16:27

Ca tombe bien de mentionner Dead or Alive, j'avais justement ça en tête en parlant de Miike. D'ailleurs je viens de me rendre compte que je n'ai pas posté quelque chose là-dessus sur le blog. En tout cas les quelques premières minutes résument parfaitement bien l'esprit de Miike (sans parler de la fin).

Pour revenir à Visitor Q, je comprends tout à fait. J'ajoute juste un petit truc, le film ne se contente pas de parler des choses qu'ils présente directement (l'inceste comme on l'annonce dès le début par exemple). Ce ne sont que des sujets parmi d'autres.

Pour la question de forcer les opinions, en fait c'est fait exprès d'après ce que j'ai compris. C'est peut-être pour critiquer en quelque sorte les films qui font ça, il va donc dans ce sens à pleine vitesse. "Vous voulez voir quelque chose ? Vous allez être très bien servi !"

_________________
"Plus vous serez fanatiques, plus vous serez éclairés !"

http://belialmv.blogspot.com/

http://www.metal-waves.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.metal-waves.com
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   11/8/2010, 16:55

Je te comprend!
Seulement voilà, je lui reprochais de compter trop sur la bonne foi de l'audience pour lui trouver ses bons côtés.
Mais peut être que c'est une logique qui m'échappe.
De toute façon, de ma nature perverse, j'aurais bien aimé qu'il exploite encore plus la matière qu'il s'est choisi puisque des films relatant de sujets pareil ne se font qu'une fois par décennie, voire même plus long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   16/8/2010, 03:47

Phidias a écrit:
Alors, quoi d'Balouze Merdouille récement ?
The Big Four: Metallica, Megadeth, Anthrax, Slayer.


Il est vrai que je ne m'attendais pas à mieux en entendant que les rumeurs d'un concert de la réunion des quatre géant du Trash Metal, toutefois la décéption a pris une autre forme.
Avant d'entamer ma corrida contre ce concert, je souhaite saluer les prestations de Slayer et d'Anthrax qui était irréprochable.
Joey Belladonna a réussi à nous faire oublier les cinquante ans avec sa bonne mine et ses cris perçants. Et Slayer était de leur sobriété habituelle, le Veni Vedi Vici n'a jamais été aussi musical que dans leurs concerts.
Cela dit, j'ai absolument pas le DVD.
Déjà le titre qui est une grosse arnaque car c'est plus un concert de Metallica avec les trois autres groupes de Thrash Metal qui n'ont pas réussi à amasser autant d'argent en première partie, que le concert Thrash Metal du siècle.
Et il est difficile de me contredire en voyant le contrast des lumières, des écrans géants (dont un qui est vraiment vraiment géant) et de la pyrotechnie de Metallica avec les settings amateuresques des autres groupes. De plus, ils jouaient entourés du matos couvert de voiles de Metallica. La durée de leurs performances varient entre une demie heure et une quarantaine de minutes alors celle de Metallica dure plus d'une heure.
Megadeth étaient la brebis noir de la soirée et la faute revient à Dave Mustaine. Sa voix était méconnaissable, il miaulait comme un gamin prépubère par moments et faisaient des grognements désagréables par d'autres. Son allure était désolantes et sa tronche était comme si accablée. J'avais vraiment de la peine pour lui et attendais impatiemment que la torture cesse.

Après les mini lives des trois groupes (dans l'ordre d'apparition, Anthrax, Megadeth et enfin Slayer), on a eu droit à un interview d'hommage à DIO qui était censé être présent mais a eu son décès quelques semaines avant. Kerry King a parlé brièvement seul, et ensuite Scott Ian, Lars Ulrich et Dave Mustaine ensemble. Surement à cause de ses querelles avec Dave Mustaine qui doit être le rock star le plus litigieux après Axl Rose.

Après c'était le tour à Metallica, et là changement radical de l'apparence de la scène.
De loin, on aurait dit l'Eurovision et Johnny Hallyday James Hetfield usait de son timbre aigu de façon très lourde.
L'âge et son passé d'alcoolique se faisait sentir dans chacune de ses rides et de ses mouvements.
Et sa voix fatiguée perdait de son pitch à chaque allongement de note.
Lars Ulrich n'a pas perdu de ses grimaces rigolottes et jouait de ses petites mains toutes mimi sur une batterie orangé très brillantes et portait, surtout, un jean haute couture. Décidément le temps des shorties, du spandex et des nuques longues des Four Horsemen est révolu.
C'est le premier concert que je voyais avec leur nouveau bassiste, Rob Trujillo, et dieu que je ne l'aime point.
C'est clair qu'il est très bien accueilli, contrairement au maltraitement que subissait Jason Newsted. Mais j'aurais bien aimé qu'un des autres membres lui donnassent une claque pour le calmer de ses agitations lourdingues. Accroupi comme s'il voulait chier un coup, et mimer un gorille avec sa tronche inhumaine.
Kirk Hammett a vraiment vieilli et à chaque fois qu'il court péniblement et essaye de monter une rampe, on a peur qu'il se casse une côte ou se bousille le coccyx. Calme toi, mon vieux, tu n'as plus vingt trente quarante ans. Toutefois, il a toujours ce gout très classe pour choisir la peinture de ses guitares. J'ai pu apercevoir deux nouvelles qui sont vraiment magnifiques et j'ai pu revoir les deux ESP (la Boris Karloff Mummy et la Pushead Spider) dont il ne se sépare jamais.
La liste des morceaux qu'ont choisi les groupes ne sont vraiment pas mal. Ils ont joué essentiellement ceux qui ont confirmé ce nouvel genre avec sa virilité, ses rythmes frénétiques et les shreds endiablés de ses solos.

L'idée au départ est de réunir les quatres géants après trente ans d'existence mais le résultat au final était des papis d'une jeunesse révolue depuis longtemps venant soutenir un autre groupe de papis (et un bassiste antipathique) dont l'apparence fait passer U2 pour un groupe d'hardcore underground.

Quelques captures:











_________________________________________________________
D'après le magazine célèbre Variety, ce film sera l'un des meilleurs film noirs.
Ca s'appelle The Senesters et ça sortira cet automne.
Ca parle d'une équipe de journalistes qui essaye de résoudre un meurtre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belial
Homulus Administratus
Homulus Administratus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1722
Age : 61
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   16/8/2010, 06:09

Le public présent est quand même énorme, d'après les captures. Je n'ai pas vu le concert et je ne le verrai certainement pas. L'idée en elle même de réunir ces 4 "géants" du Thrash est excellente à la base (quoique je n'ai jamais été d'accord avec cette appelation, Exodus méritent leur place bien plus qu'Anthrax, et côté qualité de la musique il y a des tonnes de groupes de Thrash qui les dépassent). Mais ça ne m'étonne pas de voir le concert d'une part axé sur Metallica, et d'autre part plutôt mal exécuté (d'après ce que j'ai lu). Bon je ne vais rien dire sur Anthrax et Megadeth (que j'ai toujours détesté), mais Metallica ça fait un bon moment qu'ils ne sont plus capables de faire quelque chose de correct (bon Death Magnetic était bien meilleur que Shit Anger, et il y a même ud Thrash là-dedans, mais ça reste toujours médiocre) et Slayer (mes préférés des 4 et l'un de mes préférés en matière de Thrash) ont arrêté de faire de la bonne musique depuis pratiquement 20 ans. Ils ont probablement joué deux ou trois classiques mais j'imagine que c'est tout, donc ça ne vaut pas le coup
non plus...

_________________
"Plus vous serez fanatiques, plus vous serez éclairés !"

http://belialmv.blogspot.com/

http://www.metal-waves.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.metal-waves.com
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   16/8/2010, 10:50

T'as tout compris.
Le public et je voulais bien en parler mais j'ai du oublier a été la véritable star du concert.
Ca a été enregistré à Sofia, Bulgarie.

J'ai mis du temps pour apprécier Megadeth, petit à petit on va dire.
Déjà que c'est déstabilisant de voir les membres changer à chaque fois que Dave Mustaine a ses règles mais depuis un moment ça devient vraiment insupportable.
J'aurais toujours de l'affection pour Metallica parce que c'est un groupe qui n'a jamais cessé de se réinventer et n'avais jamais peur d'explorer de nouvelles directions.
Ils ont failli se casser la gueule avec St.Anger mais on aurait été plus indulgents si Lars Ulrich avait su comment gérer l'affaire Napster mais le mal était fait.
Tout de même, ça devient de plus en plus difficile de croire en leur esprit experimentalistes alors qu'ils se mettent à suivre pratiquement tous les clichés inventés depuis Elvis Presley.
Les fringues de marques, les concerts énormes en Arène, etc.

L'idée des Big Four est excellente comme tu as dit, mais sa réalisation arrive bien trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahéna
Homo Addictus
Homo Addictus
avatar

Féminin Nombre de messages : 1914
Age : 100
Localisation : Behind you
Emploi : legal
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   16/11/2011, 10:11

THE TREE OF LIFE-2011


Citation :
SYNOPSIS grandit entre un père autoritaire et une mère aimante, qui lui donne foi en la vie. La naissance de ses deux frères l'oblige bientôt à partager cet amour inconditionnel, alors qu'il affronte l'individualisme forcené d'un père obsédé par la réussite de ses enfants. Jusqu'au jour où un tragique événement vient troubler cet équilibre précaire... Palme d'or Cannes 2011

Film choisi en raison de la présence de deux acteurs comme Sean Penn et Brad Pitt, et de la Palme d'or obtenue à Cannes.

Bon le film débute comme un film normal avec une citation de Job (pas Steve!!!), avec les murmures d'une mère complètement touchée par la grâce divine, lorsque la famille perd un enfant, le réalisateur nous fait voyager dans l'espace intergalactique puis on arrive sur la planete Terre au temps des Dinosaures et au BIG BANG, alors quant à savoir ce qu'il a voulu nous expliquer, je n'ai pas compris, bref les critiques diront que c'est de la poésie moi je pense que c'est juste un pseudo film intellectuel! Le scénario est vide, on veut nous montrer un père détesté par ses enfants alors qu'il n'a rien d'un bourreau et une mère égarée et insignifiante.



02/10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trop D'la Merdouille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trop D'la Merdouille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est prouvé, travailler trop nuit gravement à la santé
» Choix deux sieges bien noté mais pas trop cher
» nuit trop courtes
» Problème de chocolat trop liquide.
» Texte trop petit dans les arbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternatif :: Culturiosités :: Cinéma, Spectacles & Médias-
Sauter vers: