Forum Tunisien de Discussions Libres et Constructives
AccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L’Islamisme et l’Empire, un flirt qui perdure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
polomnic
Homo Habilis
Homo Habilis


Masculin Nombre de messages : 289
Date d'inscription : 01/01/2010

MessageSujet: L’Islamisme et l’Empire, un flirt qui perdure   19/2/2012, 12:03

Fethi GHARBI

Le ciel du "printemps arabe" s'assombrit par l'ouest. Les belles et
éphémères éclaircies des révoltes tunisienne et égyptienne se
rembrunissent. Face à l'imminence de ce grain dévastateur, une bonne
partie de l'intelligentsia arabe continue de baigner dans sa léthargie
légendaire, confondant le présent avec le passé, obsédée par son
fantasme du retour au sein maternel.

Qui ne se souvient de la « grande révolte arabe » contre l'empire
ottoman agonisant ?! L'historie serait-elle un éternel recommencement ?!

Il y a tout juste cent ans, Hypnotisés par l' Occident, manipulés par
les Français et les Britanniques, les Arabes de la péninsule aidaient à
porter le coup de grâce aux Ottomans.

Leur nationalisme fougueux fut savamment exploité par les grandes
puissances de l'époque et se transforma en piège mortel. Mais il n y
avait pas que les arabes qui fussent instrumentalisés ; usant du même
stratagème, les puissances occidentales ont oeuvré à exacerber le
nationalisme turc tout en poussant la communauté chrétienne à la
révolte. C'est en dressant les ethnies et les confessions les unes
contre les autres que l'Occident parvient à faire imploser l'empire
Ottoman. Le rêve naïf de libération arabe a vite viré au cauchemar à la
suite des accords franco-britanniques de Sykes-Picot. Balkanisé, le
Proche-Orient ne se relèvera plus et continue jusqu'à nos jours à être
miné par les dissensions internes, confessionnelles, ethniques et
politiques entretenues par Londres Paris et Washington.

Ayant failli aux promesses faites à Hussein ibn Ali, Chérif de la
Mecque, les Britanniques et les Français s'employèrent après la première
guerre mondiale à dépecer et à coloniser le Proche et Moyen Orient. Une
anecdote riche en significations a marqué les péripéties de cette
guerre coloniale : juste après l'occupation de Damas par l'armée
française, le Général Gouraud, confondant francs et français, se rendit
devant le tombeau de Saladin et prononça cette phrase demeurée célèbre :
" Nous voici de retour ". Presque mille ans d'histoire n'ont pas suffit
aux Occidentaux de digérer la défaite des croisés envahisseurs face à
Salah Eddine. Cette attitude revancharde continue à alimenter
l'imaginaire occidental et sert depuis des siècles de substrat
idéologique à tous les projets coloniaux visant l' Orient.

Dès la fin du XVIIIème siècle, les arabes répondaient à l'expansion
européenne et à la domination ottomane en empruntant deux cheminements
opposés. C'est au moment même où Mohammed Ali mettait en œuvre un projet
de rénovation de l’Égypte considéré par les historiens comme l'amorce
de la renaissance arabe( Nahda) que se répondait en Arabie le courant
salafiste, le wahhabisme. Mohammed Ali et son fils Ibrahim Pacha
adhéraient pleinement à un projet de nation arabe qui rassemblerait tous
les Arabes de l'Égypte à la Mésopotamie. Ils oeuvrèrent à l'émergence
d'une renaissance intellectuelle, sociale et culturelle sans précédent
et aidèrent au développement de l'agriculture et de l'industrie.
Mohammed Ali s'appuya sur une jeune génération d'oulémas réformistes de
l'envergure du cheikh Rifa'a al-Tahtawi. Ces oulémas ne voyaient pas de
contradiction entre l'islam et la modernité et soutenaient la plupart
des réformes. A la fin du XIXème siècle le mouvement nationaliste arabe
touche la Grande Syrie. Le sentiment de plus en plus fort d'être dominé
par les Turcs provoqua le rapprochement des chrétiens et des musulmans
autour de leur identité arabe. Ce nationalisme avant tout culturel et
moderniste finissait par céder le pas dès 1880 à un nationalisme
politisé et revendicatif . La répression ottomane du mouvement
nationaliste arabe qui a suivi la révolution Jeunes-Turcs de 1908,
développa du Machrek au Maghreb une radicalisation nationaliste
revendiquant un gouvernement non confessionnel sur l'ensemble des
territoires arabes.

A la veille de la première guerre mondiale, Paris est devenu la capitale
des différents mouvements nationalistes arabes. Il faut dire que depuis
un bon moment Londres et Paris ne tarissaient pas d'effort pour
provoquer les dissensions entre groupes ethniques et confessionnels au
sein de l'empire ottoman. En pleine guerre mondiale, le Chérif de la
Mecque, Hussein ibn Ali, sollicité par les nationalistes arabes, poussé
par les britanniques et les français, s'engagea militairement contre les
ottomans. La création d'un État arabe unifié conduisant la nation dans
la voie d'une authentique renaissance ne fut malheureusement qu'une
chimère. Trahi à la fin du conflit par les franco-britanniques, Hussein
ibn Ali perd même sa province du Hedjaz que les Hachemites ont toujours
gardée même sous les Mamelouks et sous les Ottomans.

Bien qu'ouvert sur son époque et moderniste, le nationalisme arabe a
été tué dans l’œuf par les Occidentaux alors que c'est sous l’œil
bienveillant des Britanniques qu'Abd al Aziz Ibn Saoud
s'empare de
Riyad en 1902 et se donne le titre politique d’émir du Nejd et celui
religieux d’imam des Wahhabites. Il organise en 1912 les Bédouins en
"ikhwan" (fratries). Cette force de frappe lui permet alors de reprendre
graduellement le pouvoir dans la majeure partie de la péninsule au prix
de dizaines de milliers de morts. Ayant observé la neutralité pendant
la première guerre mondiale, il parachève en 1924 son oeuvre en chassant
de la Mecque le chérif Hussein Ibn Ali. Il est utile de rappeler que
depuis le milieu du XVIIIème siècle , l'alliance de Mohammad Ibn Saoud,
chef d'une tribu du Nejd et de Mouhammad Ibnou Abdel Wahhab, fondateur
de l'école wahhabite a permis de propulser les Saoud à la tête des
tribus arabes qui onze siècles après la naissance de l'islam repartaient
à la reconquête...du monde musulman. Il est évident que sans son
instrumentalisation politique, le wahhabisme, courant unitarien né dans
le désert de Nejd, condamnant le luxe somptuaire, brandissant une piété
rude et austère, prônant un retour à un Islam dégagé des subtilités des
glossateurs et des dévotions adventices n'aurait été qu'un courant
réformiste parmi d'autres.

Le soutien de l'Occident au nationalisme islamique est une constante de sa politique proche et moyen-orientale.
En effet, tout au long du XIXème siècle, les Britanniques ne cessaient
de pousser les Saoud wahhabites à porter des coups répétés aux flancs de
l'empire ottoman alors qu'ils se dressaient contre toute velléité de
projet nationaliste arabe.

En 1840, ces mêmes Britanniques volaient au secours de leurs ennemis
jurés, les Ottomans et mettaient fin aux ambitions panarabes de Mohamed
Ali qui après avoir arraché l'Arabie aux Saoud et le Soudan aux
Mamelouks, s'empara de la Grande Syrie et avança sur l'Anatolie. En
aidant les wahhabites à dominer l'Arabie et ses lieux saints, les
occidentaux ont cru pouvoir ainsi marginaliser le monde arabe en le
poussant en quelque sorte hors de l'histoire.

L'effondrement de l'empire ottoman a conduit à son éclatement. La
société impériale déstructurée se transforme en sociétés féodales malgré
les apparences trompeuses. “Ce que nous voulons, disait Lord Crowe,
ministre libéral de sa Gracieuse Majesté, ce n’est pas une Arabie
unifiée, mais une Arabie fragmentée, divisée en principautés soumises à
notre autorité”.

Mais ce qu'oublie de préciser ce même Crowe est cette exception accordée
à l'Arabie Saoudite : un pays créé de toutes pièces, d'une superficie
de plus de deux millions de km², encensé par les vainqueurs de la
première guerre mondiale et échappant à la domination coloniale !..


Les dirigeants européens ont vite compris l'intérêt que représente
l'intégrisme wahhabite, une idéologie qui ne peut que renforcer la
dislocation du Proche et Moyen-Orient.
En plus de l'hémorragie
incontrôlable de Sykes-Picot qui affecte sa géographie, le monde arabe
perd ses repères historiques et part au galop, à contre-sens, à la
recherche de son identité... Les puissances occidentales font ainsi coup
double en désorganisant du même coup l'espace et le temps de l'univers
arabo-musulman. C'est cette "philosophie" qui constituera l'inlassable
leitmotiv géopolitique appliqué par le monde dit libre à cette partie de
la planète.

L'instrumentalisation de l'intégrisme musulman par le politique marquera de son sceau tout le XXème siècle. Manipulés , les islamistes continuent de jouer ( probablement à leur insu ) le jeu de l'Empire.

Après la conquête du Hidjaz, Abdelaziz Ibn Saoud signe le 20 mai 1927
avec les Britanniques le traité de Djeddah par lequel il renonce à toute
extension du territoire saoudien. Les Ikhwân, désireux de poursuivre le
jihad, désobéissent et attaquent l'Irak alors sous mandat britannique.
En mars 1929, Abdelaziz écrase alors militairement ceux-là mêmes qui
l'ont porté au pouvoir grâce notamment à l'appui de l'aviation
britannique.

...

http://nawaat.org/portail/2012/02/17...t-qui-perdure/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L’Islamisme et l’Empire, un flirt qui perdure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon hommage aux troupes polonaises de la République et du 1er Empire
» Soldats Sarthois du 1er Empire
» Carte de l'Empire romain...
» codex empire tau
» Empire, nouvelle figurine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternatif :: Société :: Points de Vue-
Sauter vers: