Forum Tunisien de Discussions Libres et Constructives
AccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
magon
Australopithecus
Australopithecus


Masculin Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   2/1/2012, 15:12

Salut Bleach,

Non la gauche et la droite en Tunisie c'est pas Kif Kif, moi je pars d'un constat personnel et professionnel. Je m'en cacherais pas je suis journaliste et je bosse pour la principale agence d'information du pays et plus particulièrement au niveau du Desk politique. Bref la vie des partis, leurs déclarations, leurs bisbilles internes moi je me les tape tous les jours, on a aussi des contacts directs sur terrain ou par téléphone avec la plupart des dirigeants politiques du pays de gauche ou de droite, PDP, PDM Ettakatol, CPR, Ennahdha etc...

La différence constatée entre Ennahdha et les autres partis par un contact quotidien, c'est leur discipline, ces gens la quand tu contactes un de leurs dirigeants ils te référent à une seule personne sur un dossier ou une thématique particulière, bref ils ont un seul son de cloche, ils sont disciplinés et ne communiquent que sur l'essentiel.

Les autres partis, tu contactes deux figures de proue d'un même parti chacun te donne un son de cloche différent. Question discipline, c'est une autre pair de manche, le plus souvent ils ont des problèmes de leardership à l'interne, exemple type le MDS et actuellement le CPR.

Ennahdha pour revenir aux islamistes sont composés de plusieurs courants,mais bref tu as grosso modo deux types, des gens très pragmatiques capables d'arrondir les angles, type Samir Dilou et d'autres plus conservateurs du type Rached Ghannouchi ou la vieille garde qui pour l'instant laisse faire les plus jeunes.
Les gens d'Ennahdha quand tu discutes avec leurs dirigeants te pose une analyse réaliste de la situation. Ils savent qu'ils seront jugés sur la réussite économique du pays d'ailleurs les gens d'Ennahdha ne veulent pas faire de vagues pour détruire le système en place. Eux ils veulent faire des changements en douceur, ces gens tablent sur la durée, c'est pour cela que les deux premiers ministères qu'ils ont réclamé furent l'éducation et l'enseignement supérieur avant même ceux de souveraineté, ils étaient même prêt à concéder l'intérieur et la défense dans un premier temps.

En fait les plus radicaux pour moi ceux qui veulent faire table rase du passé et dans ce cas c'est pas Ennahdha mais le CPR, ce parti veut accélérer les choses et n'y va pas avec le dos de la cuillère, d'ailleurs juste pour l'info, la composition du gouvernement a été longuement retardé a cause du CPR qui voulait mordicus le ministère de l'intérieur pour y faire un super grand ménage, bref une perspective qui a affolé les ténors d'Ennahdha qui au final ont préféré placer un des leurs Ali larayedh pour s'assurer qu'il y aura le minimum de dérapages.

Il faut comprendre une chose, Ennahdha fait partie d'une internationale islamiste, c'est une frange de la confrérie des frères musulmans, une frange peut être plus modéré et qui a sa spécifité tunisienne et nord africaine. Ces gens ne bosse pas uniquement pour la Tunisie, ces gens ont une vision panislamique du monde, pour eux si le modèle d'une "démocratie islamiste" réussi ils feront des émules dans presque tous les pays arabes de l'atlantique au Golfe.

Ennahdha qui est soutenu par les USA et la plupart des grandes puissance veut démontrer qu'un Islam modéré peut être conciliable avec la démocratie, ils feront tout pour faire réussir ce projet dans un premier temps, ils joueront pleinement le jeu de la démocratie et celui de la modération surtout qu'il y a plus radicaux qu'eux même en Tunisie, les salafistes ou les d'Ettahrir qui sont pour un régime théologique pur et dur. Bref pour ma part, je ne m'attend pas à des changements radicaux, Ennahdha va perpétuer le système actuel, avec des changements mineurs, ils vont concentrer le tir pour rassurer les investisseurs, drainer des fonds vers la Tunisie, nouer des partenariats pour exporter la problématique du chômage vers la Libye, le Qatar et autre pays du Golfe. Ils vont s'attaquer à la corruption financière, à la douane mais ne toucheront pas à l'intérieur ni vraiment aux ténors du RCD. Bref une continuité dans le changement.

Sur le plan économique, ils vont devoir limiter le déficit budgétaire à moins de 6% ce qui sera très difficile avec les grèves actuelles. Ennahdha compte aussi sur un ou deux point de croissance à engranger sur le voisin libyen et sur sa reconstruction, un pari risqué car ce pays est sur le bord de la guerre civile. Bref ils espèrent que la Libye englobera entre 200 000 et 300 000 chômeurs tunisien soit le tiers de nos chômeurs actuelles et ça c'est une autre affaire de manche.

Dans les trois prochains mois, Ennahdha annoncera des projets dans les régions intérieures du pays, particulièrement sidi bouzid, Gafsa et Kasserine, le but étant de s'assurer la paix sociale et une meilleure stabilité sécuritaire. Ils vont d'ailleurs favoriser les micro-crédits mais aussi l'injection d'aides sociales, ils lanceront également des projets d'infrastructures. En fait dans ces régions on ne peut mettre en place de grands projets industriels car il y a pas d'infrastructures viables, ni autoroutes, ni grosses capacités de production électrique, ni gazoduc bref pas grand chose qui encourage un investisseur. Ce qu'ils vont faire ils vont essayer d'acheter la paix sociale en revenant aux fondamentaux en favorisant l'agriculture et les services, le temps de mettre en place un minimum d'infrastructures qui puisse attirer les investisseurs, d'ailleurs 25 000 emplois sont programmés pour le public et ils iront en priorité pour ces régions, hôpitaux, écoles, etc.... Pour l'infrastructure, ils emploieront également les gens de ces régions, bref un petit modèle réduit à la keynes.

A parti d'Avril, il vont essayer de relancer le tourisme, bon les gens d'Ennahdha font le pari sur l'Algérie et la Libye pour fournir le gros contingent, ils comptent aussi sur une nouvele clientèle les pays du golfe, donc il faut s'attendre à une élimination côté tunisien des visas pour les kaliji. Perso je ne vois pas les pays du golfe faire du tourisme en Tunisie alors qu'ils ont les moyens d'aller n'importe ou dans le monde, eux la plage ou la culture ça les intéresse pas, à la limite les filles, moi je m'attends à un echec de ce côté.

Pour le tourisme ca pourrait reprendre si la situation se calme. Sur un autre plan normalement certains mégaprojets, notamment celui du qatar (Tunis sport city) et peut être celui de Sama dubai (moins sûr mais il y a des pourparlers) pourraient reprendre cette année pour donner un coup de pouce à Ennahdha. Le qatar retour de bons procédés à promis d'intégrer 25 000 tunisiens pour préparer sa prochaine coupe du monde de football.

Au niveau occidental, je pense que si les choses continuent à foirer en Egypte les Etats Unis et l'UE pourraient concentrer leur tir et leur aide sur la Tunisie pour démontrer qu'une démocratie arabe peut réussir, bref il faut s'attendre à plus de flux financiers de l'ouest à partir du second semestre de 2012.

Les problèmes de l'actuel gouvernement, un manque de réserves en devises notre couverture actuelle est seulement de 4 mois d'importation, sur le plan fiscal, l'Etat n'a que très peu de recettes du fait que la plupart des sociétés ont vu leur activité baisser et que plusieurs n'ont pas payer leurs taxes en invoquant la situation économique difficile. Bref pour investir, l'Etat n'aura qu'une très faible marge de manoeuvre, cela se voit dans le budget de 2012 qui a été d'ailleurs voté à la hâte, ils devront compter sur l'extérieur pour financer presque tous les projets d'importance.
A cela s'ajoutera le fait que le commerce parallèle qui risque d'augmenter, pour acheter la paix sociale on arrêtera pas les produits made in china ou la contrebande avec l'Algerie ou la Libye bien au contraire. Je pense pas que ce problème ne pourra etre regler avant deux ou trois ans, trop d'enjeux sans derrière et qui dit contrebande dit aussi corruption.

En conclu, je pense que ce gouvernement va essayer de limiter la casse, de calmer la situation sociale, de favoriser des projets d'infrastructures au niveau national et des accords avec pays "alliés" pour résorber le chômage ils vont préparer le terrain pour le gouv qui viendra après les prochaines élections.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   2/1/2012, 16:34

En listant la propagande lisse et propore que tu nous débite concernant ennahdha, qui au passage ne correspond ni aux fait quotidiens, ni aux declarations scandaleuses de leur tenors, deux choses me viennent à l'esprit, ce deux choses valent mieux que 10 discours et que 20 minutes d'argumentation sterile:
La premiere est en video à propos de ce que tu affirmes sur ennahdha:



et la deuxième un photo qui correspond au but de ton petit discours


_________________
Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence Léon Blum

La femme est l'égale de l'homme, elle n'a donc pas besoin d'un bout de chiffon pour se cacher

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
magon
Australopithecus
Australopithecus


Masculin Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   2/1/2012, 17:47

Salut,

A ce que je vois tu es vraiment à court d'arguments pour formuler ne serait qu'un début d'idée ou d'argumentaire, bref j'avais une présupposition sur le niveau, mais là il est encore plus bas que ce j'avais supposé comme quoi on est toujours surpris dans la vie.

Bref en dehors des insultes et termes péjoratifs, ça monte pas très haut, d'ailleurs en écoutant la chanson et en regardant le pot de vaseline, je pense que tes préoccupations sont restées bloquées depuis l'adolescence à ton entre jambes et semblent n'avoir jamais évolué depuis.

Je te laisse à ta passion favorite mon cher et à ton pot de vaseline, je t'économise les "20 minutes de discussion stérile" et te laisse à tes "20 secondes libideuses".

Sinon devant autant de médiocrité, la seule réponse qui vaille est l'ignorance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   2/1/2012, 20:33

yé weldi zeyed m3ak !
Il n'y a aucun argument qui vaille tu vis chez les bisounours a barbe, tu ne voit les chose qu'a travers le prisme bleu que t'as fourni ton parti de dégénérés ! Je croirait parler avec un RCDiste du temps de ZABA, ou à la fin de la discussion je me dit ech yeèchi fih !
Il n y pas de discutions avec des gens comme toi, la mauvaise foi degouline par tous tes orifices, Le pays sombrarait dans la guerre civile que tu continuerais à taper dans le bendir pour nous louer les bien faits de tes idoles ! etta77an yo93ed 7yetou kemla ta77an !


_________________
Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence Léon Blum

La femme est l'égale de l'homme, elle n'a donc pas besoin d'un bout de chiffon pour se cacher

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohsin Hamid
Homulus Foetus
Homulus Foetus
avatar

Masculin Nombre de messages : 44
Age : 22
Date d'inscription : 19/06/2009

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   3/1/2012, 03:09

magon a écrit:

En conclu, je pense que ce gouvernement va essayer de limiter la casse, de calmer la situation sociale, de favoriser des projets d'infrastructures au niveau national et des accords avec pays "alliés" pour résorber le chômage ils vont préparer le terrain pour le gouv qui viendra après les prochaines élections.


Comme le pays est en crise depuis près d'un an, je me dis que le parti qui a repris le flambeau ne pourra qu'améliorer les choses au niveau économique, à condition bien sûr de ne pas imiter ZABA.
Par contre, comme le souligne Bleach un peu plus haut, Ennahdha n'inspire pas vraiment confiance pour ce qui relève de la corruption et du droit des minorités. C'est sur ce terrain, surtout, que toutes nos incertitudes sont fondées.

Avant de finir, je partage un petit article avec vous sur la censure religieuse en Turquie. Pas grand chose à voir avec Ennahdha à priori, mais ça peut très bien arriver en Tunisie à l'avenir:
http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2011/12/23/la-turquie-attaque-de-nouveau-darwin/#xtor=AL-32280516


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
magon
Australopithecus
Australopithecus


Masculin Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 29/03/2008

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   3/1/2012, 03:58

Salut Mohsen Hamid,

Pour Ennahdha, c'est un parti qui est traversé par plusieurs courants certains pour un courant réformateur islamiste d'autres avec une vision plus rigide et plus théologique des choses, pour le moment il semblerait qu'on soit en mode "islamisme soft" .
Bref ici Ennahdha cite souvent le modèle Turc à la Erdogan, la Turquie c'est 11 pour cent de taux de croissance économique dans un monde de crise, question libertés individuelles et publiques je ne connais pas trop la situation turque même si je sais que Erdogan a fait des pas vers les Kurdes et les arméniens et certaines ouvertures politiques même si au niveau de la presse je pense que l'AKP essaie de mettre au pas les médias de l'opposition.

Bon ici par rapport aux minorités du livre, je pense aux juifs et aux chrétiens moins de 2 pour cent de la population, je ne pense pas qu'Ennahdha brimera ces minorités bien au contraire elle les choyera. Pour ce qui est des homosexuels, des quartiers de prostitués je pense qu'Ennahdha sera moins tolérante que l'ancien régime, je pense que le homosexuels subiront un harcèlement plus poussé . A mon avis Ennahdha tentera certaines choses mais c'est à la société civile tunisienne de lui faire comprendre quelles sont ses limites.

En Turquie vous avez l'armée garante d'une laicité de l'Etat, ici on a rien d'équivalent, on commence à essayer de mettre en place des institutions et des contre-pouvoirs est ce que cela sera suffisant pour empêcher un retour au despotisme, seul le temps nous le dira, personnellement je suis confiant dans les Tunisiens et ce pays.

Concernant la censure, ici a l'heure la plupart des sites pornos sont ouverts et tous les sites ou presque sont libre d'accès sauf pour certains sites et pages facebook qui ont attaqué l'armée nationale tunisienne et qui ont été censuré par jugement du tribunal militaire de Tunis. Mais bon cette censure n'a rien a voir avec Ennahdha. Bref la position par rapport à Darwin et l'évolution, je ne pense pas qu'Ennahdha diffère de l'AKP, est ce qu'on ira jusqu'à censurer les sites qui en parle en Tunisie, j'espère pas.

En fait, la pour le moment Ennahdha vient juste de former son gouvernement. Depuis 3 jours ils ont lancé une offensive tous azimuts pour reprendre en main les médias publics, surtout la télévision, la radio publique ainsi que la TAP (agence de presse nationale). Bon Ennahdha vont surement nommer de nouveaux PDG dans les trois semaines qui vont suivre, le but est de reprendre en main ces médias mais les choses sont moins évidentes et moins simples qu'il n'y parait, quand on goûte à la liberté, on y tient on veut plus de retour à la dictature ou à une forme de contrôle. N’empêche que même dans le scénario d'une reprise en main des médias publics tunisiens, Ennahdha aura sur le dos tous les médias privées qui lui sont hostiles, en fait à part Hannibal TV, radio zitouna, el Fajr et Binanews, elle a 80 pour cent des médias qui lui sont hostiles.

Il faudrait qu'en Tunisie on aie au niveau des médias un service public indépendant sur le modèle de la BBC, avec une autonomie financière et administrative afin d'être moins dépendants des autorités politiques et de leur bon vouloir, idem pour l'ATI et la gestion de l'internet et du réseau national de télécommunications. Des projets sont en cours d'élaboration dans ce sens pour assurer une autonomie, personnellement j'ai meme lu une ébauche d'un projet de ce type pour l'un des principaux médias nationaux mais bon est ce qu'ils seront avalisés ça c'est une autre question. Bref le spectre d'un retour de la censure est possible mais dans tous les cas cette censure si elle revenait ne pourrait être du niveau ou de l'omnipotence de celle imposée par Ben Ali, je pense sincèrement que cette page est définitivement tournée et révolue pour la Tunisie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   4/1/2012, 20:14

Tartour veut unir la Tunisie et la Libye ! pig

Les Libyens enlévent et blaissent la garde nationale Tunisienne et le president fait comme si de rien n'etait au contraire il veut qu'on s'unisse avec ce peuple de barbare qui au passage continue a s'entre tuer !


_________________
Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence Léon Blum

La femme est l'égale de l'homme, elle n'a donc pas besoin d'un bout de chiffon pour se cacher

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahéna
Homo Addictus
Homo Addictus
avatar

Féminin Nombre de messages : 1914
Age : 100
Localisation : Behind you
Emploi : legal
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   5/1/2012, 10:23

je suis très contente de Marzouki, il dit tellement de conneries que même ses plus fervents militants ont honte de lui et ne veulent plus l'entendre!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   7/1/2012, 15:34

magon a écrit:
Salut Mohsen Hamid,





Concernant la censure, ici a l'heure la plupart des sites pornos sont ouverts et tous les sites ou presque sont libre d'accès sauf pour certains sites et pages facebook qui ont attaqué l'armée nationale tunisienne et qui ont été censuré par jugement du tribunal militaire de Tunis. Mais bon cette censure n'a rien a voir avec Ennahdha. Bref la position par rapport à Darwin et l'évolution, je ne pense pas qu'Ennahdha diffère de l'AKP, est ce qu'on ira jusqu'à censurer les sites qui en parle en Tunisie, j'espère pas.

En fait, la pour le moment Ennahdha vient juste de former son gouvernement. Depuis 3 jours ils ont lancé une offensive tous azimuts pour reprendre en main les médias publics, surtout la télévision, la radio publique ainsi que la TAP (agence de presse nationale). Bon Ennahdha vont surement nommer de nouveaux PDG dans les trois semaines qui vont suivre, le but est de reprendre en main ces médias mais les choses sont moins évidentes et moins simples qu'il n'y parait, quand on goûte à la liberté, on y tient on veut plus de retour à la dictature ou à une forme de contrôle. N’empêche que même dans le scénario d'une reprise en main des médias publics tunisiens, Ennahdha aura sur le dos tous les médias privées qui lui sont hostiles, en fait à part Hannibal TV, radio zitouna, el Fajr et Binanews, elle a 80 pour cent des médias qui lui sont hostiles.



ech te7chi fih .. propagande, mensonges, hypocrisie , t7in

http://lewesternculturel.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/01/06/tunisie-retour-progressif-de-la-censure.html

Rien n'a changé bien au contraire ca empire

_________________
Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence Léon Blum

La femme est l'égale de l'homme, elle n'a donc pas besoin d'un bout de chiffon pour se cacher

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El_Manchou
Homo Genius
Homo Genius
avatar

Masculin Nombre de messages : 4415
Localisation : Damous el Hajja
Emploi : Chasser le 5wenji et la voilée
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   10/1/2012, 10:28

moncef tartour mou2a99at !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rap125.com
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   21/1/2012, 16:54

magon a écrit:

Bon ici par rapport aux minorités du livre, je pense aux juifs et aux chrétiens moins de 2 pour cent de la population, je ne pense pas qu'Ennahdha brimera ces minorités bien au contraire elle les choyera. Pour ce qui est des homosexuels, des quartiers de prostitués je pense qu'Ennahdha sera moins tolérante que l'ancien régime, je pense que le homosexuels subiront un harcèlement plus poussé . A mon avis Ennahdha tentera certaines choses mais c'est à la société civile tunisienne de lui faire comprendre quelles sont ses limites.


Loool meskin ton ministre de l'interieur la tarlouse !!

5wenji si non on tape toujours dans du moins de 10 ans 5wenji
Merc Du Troux sollicite votre justice ...

_________________
Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence Léon Blum

La femme est l'égale de l'homme, elle n'a donc pas besoin d'un bout de chiffon pour se cacher

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El_Manchou
Homo Genius
Homo Genius
avatar

Masculin Nombre de messages : 4415
Localisation : Damous el Hajja
Emploi : Chasser le 5wenji et la voilée
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   22/1/2012, 17:02

ennahdha, un parti de pédophiles et de mabbna
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rap125.com
tatoum
Homo Habilis
Homo Habilis
avatar

Masculin Nombre de messages : 974
Date d'inscription : 11/09/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   22/1/2012, 17:16

ne3N Dine smek!
heureusement pour moi !
ettrayeftt el 9ahwa loin de mon ordi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   23/1/2012, 13:12

El_Manchou a écrit:
ennahdha, un parti de pédophiles et de mabbna

il y qu'en tunisie qu'on peut avoir un ministre de l'interieur qui tapinait dans les prisons !
za3ma 3mal 7ajja bech yfasse5 ?

_________________
Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence Léon Blum

La femme est l'égale de l'homme, elle n'a donc pas besoin d'un bout de chiffon pour se cacher

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahéna
Homo Addictus
Homo Addictus
avatar

Féminin Nombre de messages : 1914
Age : 100
Localisation : Behind you
Emploi : legal
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   24/1/2012, 17:19

Un bel article de caroline Fourest au sujet de notre adorable Président

Citation :
Les Promesses (non Tenues) De Moncef Marzouki

Ce militant des droits de l'homme, longtemps persécuté par le régime Ben Ali et ses sbires, a fait deux promesses aux démocrates : "veiller aux objectifs de la Révolution" et ne pas transiger. En matière de libertés publiques, de droits de l'homme, de droits des femmes, de l'enfant. Dans les actes, c'est plus compliqué. Depuis qu'il est au pouvoir et que ces libertés sont mises sous tension à cause de ses alliés : les islamistes d'Ennahda. Ce pacte n'est pas une alliance de circonstance, guidée par le résultat des élections. Elle s'est nouée bien avant le printemps, depuis la France, où Moncef Marzouki a fini par croire que tous les ennemis de ses ennemis étaient forcément ses amis.

Son pacte avec les islamistes

En 2003, après neuf ans de dissidence, il amorce un tournant que ne lui pardonneront jamais certains démocrates tunisiens de gauche. Soutenir une "déclaration de Tunis", aux côtés des islamistes, où il est déjà question de rêver ensemble à une future Tunisie sans laïcité. Juste avant le printemps, toujours en France, il a publié un livre -- Dictateurs en sursis -- avec Vincent Geisser connu pour sa complaisance envers l'islamisme. Il a notamment commis un livre où il accuse les musulmans laïques et les journalistes d'investigation d'"islamophobie". Au sens non pas de racismes envers les musulmans mais de phobie envers l'intégrisme...

Quand les premières manifestations ont commencé en Tunisie, alors que des intellectuels laïques français prenaient sans réserve le parti du changement contre Ben Ali mais sans naïveté non plus pour l'après, Moncef Marzouki, lui, mettait son énergie à dédiaboliser les islamistes dans les médias français. Sur le site Mediapart, qui l'a beaucoup soutenu, il explique alors qu'il n'a aucun différent "idéologique" avec les intégristes. Ils leur reprochent simplement d'avoir été un peu mou face à Ben Ali. Pour le reste, Moncef Marzouki tente de rassurer le public français en expliquant que les militants d'Ennahda ne sont pas des talibans (ce qui est vrai) mais plutôt l'équivalent du FN en Français. Ce qui est tout aussi exact. Mais ne nous explique pas en quoi c'est si rassurant. Ni comment définir un homme qui accepte de servir de caution au FN tunisien. Il est vrai que depuis, le président tunisien les compare plus volontiers aux démocrates chrétiens...

De gauche, vraiment ?

Il faut dire que Moncef Marzouki, lui-même, peut difficilement être étiqueté. Il appartient à une gauche particulière, qui se dit "internationaliste" quand il s'agit de rêver à la fusion de la Tunisie et de la Libye, mais pratique volontiers nationaliste à outrance -- il dirait "patriote" -- quand il s'agit de puiser dans l'identité religieuse et le rejet de l'étranger occidental de quoi forger sa popularité. Ce qui est l'exact credo de tous les autocrates que le printemps souhaitait déloger.

Visiblement, Moncef Marzouki n'a pas décidé de renoncer au populisme pour être à son tour au pouvoir. Et il souhaite l'être un moment. L'Assemblée constituante qui vient d'être élue n'a pas de date limite. Pour éviter toute dérive autoritaire, les principaux partis se sont engagés à ne pas siéger plus d'un an. C'est à dire rendre leur copie, la nouvelle constitution, et à retourner devant les électeurs tunisiens. Tous ont accepté cet ultimatum, sauf un parti... Celui de Moncef Marzouki.

Atteintes à la démocratie et à la sécularisation


L'un de ses tout premiers actes, en tant que président, a été de prolonger l'état d'urgence. Un état dont lui-même disait, quand il était dans l'opposition, qu'il donnait trop de pouvoir au ministre de l'intérieur et menaçait les libertés publiques. Le nouveau président n'a pas bronché lorsque son gouvernement a choisi de ménager des anciens caciques du régime RCD et surtout lorsqu'il a décidé de nommer les directeurs de médias publics... Un signal très inquiétant.

Contrairement à ses promesses, il ne monte pas non plus au créneau pour défendre la liberté d'expression ou les droits des femmes lorsqu'elles sont menacées par les intégristes. Il est intervenu mais n'a pas crié bien fort lorsque des salafistes ont séquestré un président d'université pour obtenir le port du niqab. Ni lorsque la censure a repris en Tunisie, de façon plus indirecte. Contre tout film ou magazine susceptible de choquer les intolérants. Il n'a pas désavoué ses alliés d'Ennahda lorsque ces derniers ont prôné le "dialogue" plutôt que la fermeté vis-à-vis d'un petit groupe de salafistes de Sejnane (au Nord-Ouest de la Tunisie) ayant décidé d'instaurer une police parallèle : une sorte de ligue de la vertu qui tabasse les patrons de bars et menace de couper la main des voleurs après des parodie de procès... Ce qui signifie la fin de l'état de droit en Tunisie.

Doux avec les salafistes, dur avec les laïques


Ces groupes salafistes sont si extrêmes et si caricaturaux qu'on se demande parfois qui les agitent et dans quel intérêt. Certains Tunisiens croient y voir la marque d'ancien du RCD, de la CIA ou des services britanniques (de nombreux membres d'Hizb ut-Tahrir sont fraichement revenus d'Angleterre, où on les savait très infiltrés et très surveillés). D'autres notent l'attitude ambigüe d'Ennahda. Côté face, le parti condamne leurs exactions les plus grossières et en profite pour apparaître comme un juste milieu). Côté pile, les militants salafistes et les militants nadhaouis manifestant main dans la main pour faite reculer certaines libertés. Comme lors de la mobilisation contre la projection du film Persepolis par la chaine tunisienne Nesma TV.

Face à cette régression liberticide rampante, que fait le président Marzouki ? Il feint de défendre la laïcité mais fustige moins les islamistes que les tunisiens attachés à la laïcité, comme étant une "vieille gauche laïcarde et francophone".

Lorsque des tunisiens de tous bords ont choisi de retourner dans la rue pour s'inquiéter de cette dérive, en manifestant autour de l'Assemblée constituante, le doyen des représentants de son parti a même qualifié ces manifestants de "déchet de la francophonie".

Racisme et identité nationale

Le blasphème n'est plus toléré, mais le racisme se porte bien. On l'a vu lorsque le gouvernement Tunisien a choisi d'accueillir en chef d'Etat le leader du Hamas -- quitte à se brouiller avec Mahmoud Abbas. A l'aéroport, des militants islamistes se sont sentis de crier "tuons les juifs" sans émouvoir outre-mesure les officiels présents sur place. Il a fallu des réactions internationales pour que les autorités réagissent.

Ennahda a fini par dénoncer ces phrases, mais comme étant "contraires à l'esprit de l'islam" et non racistes... Rached Ghannouchi, leur leader, a condamné l'antisémitisme mais pour mieux attaquer, la phrase d'après, "les actions de quelques lobbys en Europe qui tentent de porter atteinte à l'image de la Tunisie et aux réalisations de sa révolution en recourant à l'islamophobie et aux pratiques antisémites" (entendez anti-arabes). On ne voit pas bien ce que "l'islamophobie" vient faire là-dedans. On comprend, en revanche, en quoi pointer le racisme des autres est devenu un moyen décidément commode pour ne jamais regarder le racisme des siens en face.

Moncef Marzouki, lui, a clairement réaffirmé que les juifs tunisiens étaient les bienvenus dans leur pays. Dans un discours émouvant. Reste qu'il accepte de flatter une identité nationale arabe et musulmane qui ne laisse guère de place aux berbères, aux juifs et surtout aux non croyants.

Les cérémonies du nouvel an ont été pour lui l'occasion de rappeler que les voeux n'étaient pas dans les traditions arabo-musulmanes.

Il prône aussi un enseignement débarrassée de l'usage de la langue française, qualifié de "cancer linguistique".

Ce qui ne l'empêche pas de vouloir voir les Français venir dépenser leur argent sur les plages tunisiennes, mais risque surtout d'attirer les touristes du Golfe. Notamment du Qatar, si choyé par le nouveau gouvernement tunisien.

Il n'est pas le seul à porter la responsabilité de ce désamour. On ne dira jamais assez combien l'attitude du gouvernement français pendant le printemps tunisien fût une honte. Mais est-ce vraiment une raison pour le faire payer aux Tunisiens épris de liberté et de modernité ?

Certains pensent que ces questions de société et de liberté ne sont pas l'urgence en Tunisie... Un peu comme en URSS, où l'on opposait jadis les "droits économiques et sociaux" aux droits "bourgeois" que seraient la liberté d'expression et la liberté de conscience. C'est une erreur qui s'est toujours payée. La facture sera d'autant plus lourde dans un pays aussi dépendant du tourisme, où l'économie dépend donc de l'image. Contrairement à ce qu'aimerait faire croire le nouveau gouvernement tunisien, ce ne sont pas des obsessions françaises, mais le triste constat d'un gâchis que des Tunisiens ayant fait la révolution rêvent de voir éviter. Ils se mobilisent chaque jour pour tenir tête aux intégristes. S'ils arrivent à se souder, il n'est pas dit que l'été, au lieu de l'hiver, ne puisse un jour succéder au printemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cellist
Homulus Foetus
Homulus Foetus


Masculin Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 22/10/2010

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   25/1/2012, 19:05

Changez le titre du sujet s'il vous plait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   25/1/2012, 19:09

Cellist a écrit:
Changez le titre du sujet s'il vous plait
Pour quelle raison ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cellist
Homulus Foetus
Homulus Foetus


Masculin Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 22/10/2010

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   25/1/2012, 19:25

Bleach a écrit:
Cellist a écrit:
Changez le titre du sujet s'il vous plait
Pour quelle raison ?
Il est écrit en langage sms et puis il n'indique pas precisemment ce qui etre traité dans le sujet.
D'ailleurs j'ai constaté que les messages postées ici portent sur des sujets qui sont totalement idependants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   26/1/2012, 16:19

Cellist a écrit:
Bleach a écrit:
Cellist a écrit:
Changez le titre du sujet s'il vous plait
Pour quelle raison ?
Il est écrit en langage sms et puis il n'indique pas precisemment ce qui etre traité dans le sujet.
D'ailleurs j'ai constaté que les messages postées ici portent sur des sujets qui sont totalement idependants.

il n'est pas ecrit en langage SMS il est ecrit en arabe en lettres latines.

_________________
Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence Léon Blum

La femme est l'égale de l'homme, elle n'a donc pas besoin d'un bout de chiffon pour se cacher

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bleach
Homo Mollis
avatar

Masculin Nombre de messages : 892
Age : 29
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   26/1/2012, 18:47

Cellist a écrit:
il n'indique pas precisemment ce qui etre traité dans le sujet.
D'ailleurs j'ai constaté que les messages postées ici portent sur des sujets qui sont totalement idependants.
Pour qu'il puisse indiquer précisément ce qui est traité dans le sujet, il faudrait que tout le sujet soit écrit dans le titre.
Et puis c'est normal qu'il y ait divers sujets dans chaque post, ce n'est pas une récitation, c'est une discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahéna
Homo Addictus
Homo Addictus
avatar

Féminin Nombre de messages : 1914
Age : 100
Localisation : Behind you
Emploi : legal
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   10/2/2012, 12:15

Un très bel article traduit d'un journal libanais, l'auteur M. Glbert Achcar, il nous donne la vision "orientaliste" de Marzouki, à savoir: les tunisiens sont des arabes donc d'arpès lui incapables de se soulever contre un tyran...alors je ne sais pas, on s'est soulevé peut etre parcequ'on a que 15% de sang arabe dans la population? geek

Puis, il reprend un beau passage de Marzouki en mars 2011 qu'il transpose à la situation actuelle, c'est édifiant...Marzouki est un bel opportuniste au final!

Marzouki soutenait les pauvres de Sidi Bouzid etc et depuis son mandat, ohhh qu'est ce qu'ils sont dérangeants ces pauvres, ils devraient se taire!






À lire sur Slate Afrique
Citation :
Tunisie: La révolution confisquée par les opportunistes?

par Gilbert Achcar
le 09/02/2012


Inspiré par l’esprit de l’orientalisme occidental, tel qu’il a été défini par Edward Said, certains Arabes ont soutenu qu’une mentalité despotique s’était enracinée chez la plupart de leurs compatriotes en conséquence de leur formation culturelle et de leur éducation.

Un des tenants d’une telle vision, dans un passé proche, fut Moncef Marzouki, l’actuel président transitoire de la Tunisie, alors qu’il vivait encore en exil en France comme opposant à l’ex-président, le tyran Zine el Abidine Ben Ali.

Dans un article publié le 19 février 2010 sur le site internet d’Al Jazeera en arabe, Marzouki cite l’universitaire française Béatrice Hibou, qui appartient à l’école orientaliste et est l’auteure d’un ouvrage intitulé La force de l’obéissance : économie politique de la répression en Tunisie, pour expliquer que la prétendue «obéissance» des Tunisiens et Tunisiennes à leurs tyrans est due à une mentalité instillée en eux de génération en génération (de telles thèses ont été efficacement réfutées par l’universitaire tunisien Mahmoud Ben Romdhane dans un ouvrage paru récemment en français).

Marzouki affirmait que quiconque lit l’ouvrage de B. Hibou «comprend que ce qui intrigue l’esprit occidental à propos des Arabes, c’est notre capacité extraordinaire à obéir aux dirigeants les plus corrompus, alors que la culture occidentale, elle, est fondée sur le refus d’obéir à l’injustice et la légitimation du droit à lui résister».

Il ajoutait ainsi à la perception orientaliste des arabes une image idéalisée de la culture «occidentale», comme si cette dernière était une donnée éternelle, oubliant le fait que les deux régimes les plus despotiques de l’histoire moderne se sont développés après la Première Guerre mondiale au sein de deux des plus anciennes civilisations occidentales: l’Italie et l’Allemagne. Sans parler, par ailleurs, du fait qu’avant l’époque moderne, l’Occident est passé par une longue période de monarchie absolue. Marzouki alla plus loin encore, surenchérissant sur l’orientaliste française:

«Prenez n’importe quel Tunisien ou Égyptien ou Yéménite de la rue et portez-le au pouvoir. Il y a 90% de chance qu’il agira d’une façon qui ne sera pas très différente de celle de Ben Ali, Moubarak ou Saleh.»

L’une des réalisations les plus importantes des révolutions arabes en cours, en ce qui concerne la perception des Arabes, est qu’elle a détruit l’image caricaturale façonnée par l’orientalisme occidental au sujet de la soumission volontaire des Arabes et de leur accoutumance culturelle, ou celle des musulmans en général, à la servilité. Comme si les Arabes haïssaient la liberté et aimaient la tyrannie.

La vague révolutionnaire qui a déferlé depuis la Tunisie, et qui en est encore à son stade initial, a prouvé au monde entier que les Arabes haïssent la tyrannie et aspirent à la liberté autant que tout autre peuple. Elle a aussi démontré que du jour où les Arabes ont décidé «d’aspirer à vivre» – pour emprunter le vers fameux du poète tunisien Aboul-Kacem al-Chebbi – et sont parvenus à briser la barrière de la peur, ils/elles ont réalisé des soulèvements qui sont devenus des exemples à suivre partout dans le monde.

Les Tunisiens pauvres doivent-ils retourner à leur pauvreté?

Après que Marzouki lui-même fut retourné en Tunisie à la suite de la chute de Ben Ali, il a été tellement emporté par l’euphorie de la révolution qu’il a, pour un temps, fait sienne une analyse de classe à la manière de la gauche radicale, écrivant ces lignes fort lucides publiées le 10 mars 2011:

«Ce ne sont pas les révolutionnaires qui cueillent les fruits de la révolution. Après le temps des révolutionnaires vient celui des opportunistes; après l’épopée vient le temps des espoirs déçus. Les pauvres de Sidi Bouzid retournent à leur pauvreté et les habitants des cimetières du Caire à leurs cimetières. Aucune solution radicale n’est apportée à leurs problèmes, seulement quantité de promesses qui seront ou ne seront pas réalisées. Dans notre situation, c’est la bourgeoisie qui obtient le plus: elle jouissait d’un niveau de vie décent sous le despotisme, mais son existence était empoisonnée par la corruption et la suppression des libertés. Avec la fin du despotisme, la bourgeoisie – grâce aux sacrifices des humbles et des pauvres – a ajouté à ses droits économiques et sociaux les droits politiques dont elle était privée, alors que les classes populaires ont acquis des libertés politiques qui ne nourriront pas les affamées.»

La sagesse populaire affirme que le pouvoir corrompt. Depuis qu’il est devenu président de la Tunisie, Moncef Marzouki n’arrive plus à comprendre pourquoi les pauvres de Sidi Bouzid ont refusé de retourner à leur pauvreté, rejeté les promesses creuses et insisté pour que des solutions radicales soient apportées à leurs problèmes. Il a soudain trouvé ce refus et cette insistance si détestables qu’il a eu recours aux arguments habituels des tyrans, comme s’il souhaitait confirmer ce qu’il avait écrit deux ans plus tôt.

Répondant, lors d’un entretien accordé à la télévision Al Jazeera le 20 janvier 2012, à une question au sujet de la poursuite des protestations populaires en Tunisie depuis la chute du tyran, Marzouki a déclaré, d’une part, qu’elles étaient la conséquence du legs du régime déposé et de la paralysie économique. Puis il a ajouté:

«Mais il y a aussi l’exploitation, la politisation et l’agitation de la part de certains milieux, que ce soit par irresponsabilité ou avec l’intention de saboter cette révolution – ces deux facteurs sont à l’œuvre. Il y a des gens que je considère comme irresponsables, comme l’extrême gauche qui déclare maintenant qu’elle aime la révolution, alors qu’ils savent que ce gouvernement n’est en place que depuis un mois, c’est cela que je considère comme irresponsable.»

Selon cette vieille rengaine dont les Tunisiens et les Arabes sont familiers, les masses ne peuvent se soulever de leur propre chef contre leurs conditions d’existence misérables. Il y a toujours des «agitateurs», des «subversifs», des «coupables irresponsables» et des «extrémistes» – quelle que soit leur couleur politique, du reste – qui les poussent à la protestation et à la révolte. Il échappe à cette logique que la colère contre l’exploitation et la misère conduit naturellement à la radicalisation politique. Elle renverse cette réalité en soutenant que ce sont les radicaux qui créent l’indignation publique contre la misère et l’exploitation.

Les mouvements sociaux rendus responsables du marasme économique

Ce que le nouveau président tunisien n’a pas saisi, c’est que son appel, en décembre dernier, à une trêve sociale de six mois était voué à l’échec parce qu’il n’était accompagné d’aucun programme indiquant une intention réelle de la part du nouveau gouvernement tunisien de satisfaire les besoins évidents et les revendications élémentaires du peuple, pour lesquelles celui-ci s’est soulevé et a renversé Ben Ali.

Hamadi Jebali, l’un des dirigeants du mouvement Ennahda, aujourd’hui premier ministre du gouvernement tunisien transitoire, n’a pas hésité à affirmer sur Al Jazeera (le 22 janvier 2012) que le déclin économique de la Tunisie au cours de l’année écoulée «est dû aux occupations, blocages de routes et grèves sauvages des travailleurs». Il a ajouté que ces protestations de masse ont empêché la mise en œuvre de nouveaux projets d’investissements qui auraient permis de créer des «milliers» d’emplois.

Pour reprendre les propres mots de Marzouki, ces messieurs qui sont aujourd’hui au pouvoir veulent donc que les masses cessent leurs luttes maintenant que le dictateur a été renversé et que: «les pauvres de Sidi Bouzid retournent à leur pauvreté […]. Aucune solution radicale n’est apportée à leurs problèmes, seulement quantité de promesses qui seront ou ne seront pas réalisées. C’est la bourgeoisie qui obtient le plus: elle jouissait d’un niveau de vie décent sous le despotisme, mais son existence était empoisonnée par la corruption et la suppression des libertés. Avec la fin du despotisme, la bourgeoisie – grâce aux sacrifices des humbles et des pauvres – a ajouté à ses droits économiques et sociaux les droits politiques dont elle était privée, alors que les classes populaires ont acquis des libertés politiques qui ne nourriront pas les affamés.»

Il n’est pas besoin d’être particulièrement perspicace pour réaliser que les vainqueurs des premières élections qui ont fait suite aux soulèvements, ainsi que les gouvernements qui se sont mis en place depuis lors, sont aux mains des opportunistes et non des révolutionnaires, en effet, ainsi que Marzouki lui-même l’avait justement dit lorsqu’il était encore inspiré par l’enthousiasme et la sagesse de la révolution.

La condamnation des grèves des travailleurs et travailleuses comme responsables du déclin économique du pays, ainsi que le recours à la vieille rengaine au sujet des «extrémistes» et des «subversifs» appartenant à «l’extrême gauche», constituent le langage commun des nouveaux dirigeants, en Tunisie comme en Égypte, d’une façon telle qu’elle rappelle irrésistiblement les régimes déposés.

Mais les masses qui ont un jour aspiré à vivre et goûté à la liberté ne cesseront pas de lutter et de protester avant que «le destin» ne réponde à leurs aspirations, même si cela devait prendre des années.

Gilbert Achcar

L'auteur est professeur à l’Ecole des études orientales et africaines de l’Université de Londres. Il a écrit plusieurs ouvrages dont Le choc des barbaries : terrorismes et désordre mondial (2002) et Les Arabes et la Shoah. La guerre israélo-arabe des récits (2009).

Cet article a été traduit par A l’Encontre à partir de la version anglaise publiée sur le site en anglais du journal libanais Al-Akhbar, le 27 janvier 2012. Il a ensuite été repris par Maghreb émergent
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krishna's Child
Homo Addictus
Homo Addictus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1540
Age : 53
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   10/2/2012, 13:18

Très bel article
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahéna
Homo Addictus
Homo Addictus
avatar

Féminin Nombre de messages : 1914
Age : 100
Localisation : Behind you
Emploi : legal
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   10/2/2012, 13:41

Mais les commentaires sur le site sont cons ( sauf le mien bien entendu)... : khatini
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krishna's Child
Homo Addictus
Homo Addictus
avatar

Masculin Nombre de messages : 1540
Age : 53
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   10/2/2012, 14:05

lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie   

Revenir en haut Aller en bas
 
chbikoum bech tmoutou bel farha ( hayya haw un nouveau président pour la tunsie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» rhinophinringite
» Club HIgh trekeuse High trekeur
» ceinture de poussette
» où trouver du tissu pour inserts et lingettes?
» les pousseurs et porteurs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternatif :: Actualités :: Actualité Nationale-
Sauter vers: