Forum Tunisien de Discussions Libres et Constructives
AccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 expérience de Mligram

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chidd-min-ghadi
Homo Habilis
Homo Habilis
avatar

Masculin Nombre de messages : 858
Age : 31
Localisation : l'olympe
Date d'inscription : 18/08/2009

MessageSujet: expérience de Mligram   19/12/2009, 20:30

Je recommande tout le monde à lire ce livre car c'est la bible qui permet de comprendre quelques rouages du rapport entre l'être humain avec une quelconque autorité.
C'est une expérience qui a été faite aux états-unis sur des humains pour tester leurs degré de soumission et de résistance face à une autorité cruelle (explications en bas).
ça permet par exemple de comprendre comment des gens à priori normaux peuvent se comporter comme des bêtes selon certaines situations ..et ça me rappel la philosophie de mani selon laquelle on a topus un part de lumiére et de ténébre en nous.Mais ici milgram pousse le raisonnement plus loin et explique que la part de ténébre peut s'exprimer radicalement en fonctions des facteurs qui nous entourent.





Citation :
L'objectif réel de l'expérience est de mesurer le niveau
d'obéissance à un ordre même contraire à la morale de celui qui
l'exécute. Des sujets acceptent de participer, sous l'autorité d'une
personne supposée compétente, à une expérience d'apprentissage où il
leur sera demandé d'appliquer des traitements cruels (décharges
électriques) à des tiers sans autre raison que de « vérifier les
capacités d'apprentissage ».
L'université Yale à New Haven
faisait paraître des annonces dans un journal local pour recruter les
sujets d'une expérience sur l'apprentissage. La participation devait
durer une heure et était rémunérée 4 dollars américains, plus 0,5 $ pour les frais de déplacement, ce qui représentait à l'époque une bonne affaire (le revenu hebdomadaire moyen en 1960 étant de 25 $)[réf. nécessaire].
L'expérience était présentée comme l'étude scientifique de l'efficacité
de la punition (ici, par des décharges électriques) sur la mémorisation.
La majorité des variantes de l'expérience ont eu lieu dans les
locaux de l'université Yale. Les participants étaient des hommes de 20
à 50 ans de tous milieux et de différents niveaux d'éducation.
La majorité des variantes comporte trois personnages :

  • l’élève ou apprenant (learner),
    qui devra s'efforcer de mémoriser des listes de mots et recevra une
    décharge électrique, de plus en plus forte, en cas d'erreur ;
  • l'enseignant (teacher),
    qui dicte les mots à l'apprenant et vérifie les réponses. En cas
    d'erreur, il enverra une décharge électrique destinée à faire souffrir
    l'apprenant ;
  • l’expérimentateur (experimenter), représentant officiel de l'autorité, vêtu de la blouse grise du technicien, de maintien ferme et sûr de lui [a 1].

L'expérimentateur et l'élève sont en réalité des comédiens, et les chocs électriques fictifs.
Dans le cadre de l'expérience simulée (apprentissage par la
punition), apprenant et enseignant sont tous deux désignés comme
« sujet »(subject).
Dans le cadre de l'expérience réelle (niveau d'obéissance, soumission à
l'autorité), seul l'enseignant sera désigné comme sujet.
Au début de l'expérience simulée le futur enseignant est présenté à
l'expérimentateur et au futur apprenant, on lui décrit les conditions
de cette expérience, on l'informe qu'après tirage au sort il sera
l'apprenant ou l'enseignant, puis on le soumet à un léger choc
électrique (réel celui-là) de 45 volts
pour lui montrer un échantillon de ce qu'il va infliger à son élève et
pour renforcer sa confiance sur la véracité de l'expérience. Une fois
qu'il a accepté le protocole un tirage au sort truqué est fait, qui le
désigne systématiquement comme enseignant.

L’expérimentateur (E) amène le sujet (S) à infliger des chocs
électriques à un autre participant, l’apprenant (A), qui est en fait un
acteur. La majorité des participants continuent à infliger les chocs
jusqu'au maximum prévu (450V) en dépit des plaintes de l'acteur.





L'apprenant est ensuite placé dans une pièce distincte, séparée par
une fine cloison, et attaché sur une chaise électrique. Le sujet
cherche à lui faire mémoriser des listes de mots et l'interroge sur
celles-ci. Il est installé devant un pupitre où une rangée de manettes
est censée envoyer des décharges électriques à l'apprenant. En cas
d'erreur, le sujet enclenche une nouvelle manette et croit qu'ainsi
l'apprenant reçoit un choc électrique de puissance croissante (15 volts
supplémentaires à chaque décharge). Le sujet est prié d'annoncer la
tension correspondante avant de l'appliquer.
Les réactions aux chocs sont simulées par l'apprenant. Sa souffrance apparente évolue au cours de la séance : à partir de 75 V il gémit, à 120 V il se plaint à l'expérimentateur qu'il souffre, à 135 V il hurle, à 150 V il supplie qu'on le libère, à 270 V il lance un cri violent, à 300 V
il annonce qu'il ne répondra plus. Lorsque l'apprenant ne répond plus,
l'expérimentateur indique qu'une absence de réponse est considérée
comme une erreur. Au stade de 150 volts,
la majorité des sujets manifestent des doutes et interrogent
l'expérimentateur qui est à leur côté. Celui-ci est chargé de les
rassurer en leur affirmant qu'ils ne seront pas tenus pour responsables
des conséquences. Si un sujet hésite, l'expérimentateur lui demande
d'agir. Si un sujet exprime le désir d'arrêter l'expérience,
l'expérimentateur lui adresse, dans l'ordre, ces réponses [a 2]:

  1. « Veuillez continuer s'il vous plaît. »
  2. « L'expérience exige que vous continuiez. »
  3. « Il est absolument indispensable que vous continuiez. »
  4. « Vous n'avez pas le choix, vous devez continuer. »

Si le sujet souhaite toujours s'arrêter après ces quatre
interventions, l'expérience est interrompue. Sinon, elle prend fin
quand le sujet a administré trois décharges maximales (450 volts) à l'aide des manettes intitulées XXX situées après celles faisant mention de Attention, choc dangereux.
À l'issue de chaque expérience, un questionnaire et un entretien
avec le sujet permettaient de recueillir ses sentiments et d'écouter
les explications qu'il donnait de son comportement. Cet entretien
visait aussi à le réconforter en lui affirmant qu'aucune décharge
électrique n'avait été appliquée, en le réconciliant avec l'apprenant
et en lui disant que son comportement n'avait rien de sadique et était
tout à fait normal [a 3].
Un an après l'expérience, il recevait un nouveau questionnaire sur
son impression au sujet de l'expérience, ainsi qu'un compte rendu
détaillé des résultats de cette expérience [a 4].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chidd-min-ghadi
Homo Habilis
Homo Habilis
avatar

Masculin Nombre de messages : 858
Age : 31
Localisation : l'olympe
Date d'inscription : 18/08/2009

MessageSujet: Re: expérience de Mligram   19/12/2009, 20:40

http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OverDrive
homulus magnus celer
avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 41
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: expérience de Mligram   20/12/2009, 00:12

Très intéressants.
Il m'agacent les nord-américains avec leur morale coincée du cul.
Citation :
Mais la principale critique de l'expérience, qui vient pour l'essentiel des milieux universitaires d'Amérique du Nord (États-Unis et Canada), est beaucoup plus consistante : celle de l'acceptabilité à la fois morale et scientifique du protocole mis en place. Dans les deux cas, la critique est d'ordre déontologique et éthique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: expérience de Mligram   

Revenir en haut Aller en bas
 
expérience de Mligram
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternatif :: Sciences et Technologies :: Sciences & Vie-
Sauter vers: