Forum Tunisien de Discussions Libres et Constructives
AccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vos essais personnels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The_Acro_bat
Homo Addictus
Homo Addictus


Masculin Nombre de messages : 1437
Localisation : Nulle part ailleurs
Emploi : Tire-fesses
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Vos essais personnels   9/10/2009, 17:01

Y a que phidias qui écrit ici ou quoi?


bon, un petit texte que j'ai écrit, un peu de réalité et beaucoup de fiction, n'hésitez pas à donner votre avis et surtout vos remarques constructives Smile


Citation :
Je l'avais connu il y a bien longtemps, à une certaine époque ou
je vivais encore dans une résidence universitaire. Il s'appelait
Rachid, un prénom trop commun pour une vie trop spéciale et il était
marocain... Il vivait dans la cage d'escalier de ma résidence, il
n'était pas le seul à vivre dans les alentours, mais il était le seul
avec qui j'avais noué une certaine amitié. Je n'avais compris ce qu'il
était vraiment qu'après une longue période d'observation. Toujours rasé
de près, bien coiffé et surtout très bien habillé, il avait la
particularité de se déplacer tout le temps avec un énorme sac à dos de
couleur bleue et pour qui il avait une attention bien particulière,
comme un enfant ou une amante. Je le voyais toujours trainer dans
le restaurant universitaire
qui était pourtant interdit aux non-étudiants, mais la complaisance que
je voyais dans les yeux de la personne qui s'occupait de la caisse
m'ont rapidement fait comprendre que cette personne là quelque chose
d'hors du commun, que pour lui toutes les règles sociales ne
s'appliquaient pas forcément. J'avais même eu l'occasion de le
rejoindre à table afin de discuter le temps d'un repas de la vie et de
ses tracas et j'avais remarqué à mon grand étonnement qu'il essayait
tant bien que mal de se nourrir le plus correctement possible.
Nous voilà donc en présence d'une personne au sac à dos bleu qui cache
tellement de secrets, secrets que j'avais fini par percer. Une de ces
nuits d'hiver caractéristique de cette ville au nord de la France,
après avoir eu droit à une journée de pluie exceptionnelle, le ciel se
dégagea d'un coup pour laisser place à un froid auquel j'avais jamais
assisté. Noyé dans mes pensées sur l'au delà et l'après-mort, je me
suis souvenu que selon les écritures bibliques, il existait sept enfers
de Feu ainsi qu'un huitième ou l'on subissait les plus terribles
supplices mais où régnait un froid glacial, je me suis dit qu'il se
peut qu'on ce moment une personne puisse souffrir le martyr sans
qu'aucun humain ne daigne s'en soucier. Je me suis rapidement bien
couvert avant de descendre les escaliers afin d'aller voire un groupe
de SDF dont je connaissait le repère qui consistait en la grille
d'aération d'un grand moteur de supermarché, mais dès que j'ai commencé
ma descente, des gloussements et des gémissements déchirèrent mes
oreilles, je me suis précipité envers la source des plaintes et j'ai
trouvé, gisant devant moi, un homme à moitié vivant, le visage pâle,
les mains tremblantes et les habits mouillés, mais qui était encore
conscient, il m'expliquera plus tard qu'il avait était surpris par la
pluie et qu'il n'avait pas eu la possibilité de se changer à cause de
sa maladie qui l'affaiblissait. J'ai réussi tant bien que mal à le
ramener dans ma chambre et j'ai pu lui trouver des habits à sa taille,
je lui avait fait à manger et l'avait sommé d'aller voire un médecin le
plus tôt possible. Chose faite, il recouvra la santé très rapidement et
depuis il commença à partager avec moi le récit de sa vie.
Il
s'appelait Rachid, il avait 35 ans et avait la nationalité française
depuis plus d'une dizaine d'années. Il avait un vie des plus banales au
Maroc, son pays d'origine, il était un grand lecteur et aimait
particulièrement Victor Hugo dont il avait lu l'intégralité des œuvres
disponibles dans son pays. Il avait exercé plusieurs métiers mais son
amour pour la culture occidentale le poussa à s'orienter vers le
domaine du tourisme ou il fit la connaissance de sa future femme
Isabelle, une femme qui avait son âge, très belle et surtout très
raffinée et malgré son dégout pour ces "arabes" qu'elle n'affectionnait
pas particulièrement, elle était tout de suite tombée amoureuse de
Rachid, un homme avec beaucoup d'élégance et un savoir vivre hors du
commun, ils vivront ensemble six mois de pur bonheur avant de retrouver
devant un dilemme qui changera leur vie à tout jamais, Isabelle devait
rentrer chez elle pour reprendre son boulot, lui ne voulait pas quitter
sa mère malade et seule, après avoir essayé de prendre conseil auprès
de ses amis, il se trouva obligé de quitter mère et patrie et se jeter
dans cette Europe qui lui tendait les mains avec toutes les promesses
d'une vie meilleure, d'une vie digne. Ses premiers jours n'étaient pas
sans difficulté en France, mais la présence de sa femme et de sa
famille qui, même si elle était réticente au mariage de leur fille avec
un musulman, a fini par d'adopter pour son humour et sa joie de vivre
inégalables. Il a commencé à travailler dans la restauration qu'il
abandonna rapidement pour garder un rythme de vie normal ou il pourrait
profiter de sa femme, le jour de sa titularisation dans son nouveau
boulot en tant que vendeur dans une droguerie, il appris que sa femme
était enceinte, cette nouvelle, me le dira-t-il, fût la plus belle
nouvelle qu'il n'aie jamais entendue, il passa 9 mois comme sur un
nuage, mais le sort a voulu qu'il ne profite pas de la naissance de sa
fille, car deux jours avant l'accouchement de sa femme, un coup de fil
du bled lui annonça la terrible nouvelle : sa mère vient de décéder. Le
long du trajet il n'arrêtait pas de penser à sa mère qu'il avait si
lâchement abandonnée, s'il était resté à ses côtés, elle aurait
surement vécu plus longtemps, pensait-il. Les funérailles furent très
dures pour lui, jamais il n'avait imaginé que ça serait aussi dur de
mettre sous terre la personne qui nous avait mis sur terre. Une fois
les obligations sociales terminées, il reprit le chemin vers la France,
pour voire sa fille. Armé d'un bouquet de fleurs, il franchit la porte
de la clinique avec un sourire radieux et avec une volonté de fer à
vouloir oublier ce qui venait de se passer récemment, mais quand il
aperçut les yeux en larmes de sa femme et les visages inquiets des
infirmières qui s'agitaient autour du berceau de sa fille il a tout de
suite compris que quelque chose n'allait pas, sa belle mère éclata en
sanglots quand elle le vit, Zohra, à qui il donnera le nom de sa
défunte mère, était née lourdement handicapée. Les problèmes
commencèrent ce jour là, ils n'osaient plus se regarder en face car ils
avaient peur de s'accuser mutuellement d'avoir été la cause de cette
naissance, Zohra grandissait mais pas comme les autres gosses, elle
avait plus de demandes que les autres enfants mais ne rayonnait pas de
bonheur comme eux, elle était LE péché commis par les parents. Le
couple commença à se détruire, la femme se jeta à bras ouverts dans son
boulot et le l'homme commença à sombrer petit à petit dans
l'alcoolisme, il buvait d'abord en cachette, essayait d'expliquer qu'il
buvait parce qu'il était fatigué au boulot mais ça ne trompait plus
personne, Rachid est devenu alcoolique, au bout de trois ans, il
s'était déjà fait virer de deux boulots et avait de plus en plus de mal
à aller en chercher sans être en état d'ébriété, sa femme a renoncé à
le blâmer depuis qu'il l'avait accusée d'être à l'origine de l'handicap
de leur fille en n'ayant pas arrêté rapidement un traitement
anti-dépression pendant sa grossesse, au bout de deux ans de chômage,
le couple était déjà au bout de la rupture, le coup de grâce pour eux
était la mort de leur petite fille, déjà fragile de santé, elle avait
succombé dans son sommeil à une pneumonie fulgurante qui ne lui a même
pas laissé une semaine, c'était bien pour elle, disaient quelques
personnes compatissantes, mais personne n'était dupe, Isabelle n'avait
plus aucune raison de rester aux côtés de Rachid, elle qui l'avait
connu élégant, beau parleur, il était devenu une loque humaine, l'ombre
de l'homme qu'elle avait connu auparavent. Avec toute la froideur du
monde, elle le quitta comme on quitte une chaussette sale, Rachid, qui
n'avait plus aucune attache dans son pays d'origine s'est retrouvé
rapidement à la rue, sans le sou et sans amis, il faut dire qu'avoir un
alcoolique SDF comme ami n'était pas très gratifiant socialement. Les
galères ne faisaient que commencer pour lui, après l'alcool, c'était la
drogue, ses soirées de manque, ses bad trips et l'argent collecté
n'importe comment pour avoir sa dose, sentant q'il se détruisait, il
replongea de plus belle dans l'alcool afin d'oublier sa toxicomanie.
Quand il me racontait ça, je me demandais comment est-il arrivé à s'en
sortir, et son histoire était encore plus incroyable. Un jour où il
faisait la manche dans la grande artère de sa ville, son regard croisa
une femme, très belle et très bien habillée, il avait encore cette
habitude de sourire à tout le monde, mais cette fois il avait eu
l'impression que ce sourire s'était dessiné tout seul sur son visage,
la femme s'arrêta et se dirigea vers lui, elle s'est assise et a
commencé à discuter avec lui. Il s'est senti rapidement en confiance
avec elle, ses traits étaient si doux et si rassurants, elle lui parla
de la vie et du sens que chacun s'en donnait, à chaque fois qu'il lui
parlait d'un de ses échecs, elle trouvait toujours l'astuce pour lui
parler d'une personne qui avait traversé pire et qui s'en était
sortie indemne. Quand il lui demanda que lui n'avait plus de but dans
sa vie, elle prit un air sérieux, lâcha un grand soupir et lui dit tout
en regardant le ciel :"Le but d'une vie est de continuer à vivre sans
rien lâcher, les faux buts ne nous rendent que plus misérables et plus
hypocrites, aide-toi et aide ton prochain, c'est largement suffisant
comme but dans la vie". Ces mots resteront gravés à tout jamais dans sa
mémoire, elle qui avait tout selon lui, n'avait pas plus de but dans la
vie que Rachid, ce misérable alcoolique sans avenir, avant de s'en
aller, elle le prit dans ses bras et le serra fort contre lui en lui
chuchotant des encouragements, cet instant rechangea encore une fois le
cour de sa vie, ce moment lui rappela la période de quiétude qu'il
avait connu avec sa femme, il maudissait la vie tout en l'aimant
d'avoir été si cruelle et en même temps si ouverte à lui. Puis elle
était partie, sans dire au revoir, sans même connaitre son vrai nom; le
jour même il commença sa cure de désintoxication, deux mois plus tard,
il avait déjà retrouvé un boulot digne de son nom, payé la moitié du
smig, ça lui suffisait à peine mais il ne se plaignait pas, en une
année il reprit un poids considérable, ressemblait de plus en plus à un
Homme et arrivait désormais à se regarder dans une glace. Mais le
destin s'acharna encore sur lui, étant gardien d'immeuble, il faisait
une alternance avec un autre homme qui n'était pas des plus honnêtes,
le jour de sa garde il s'est vu attaquer par une horde de bandits
cagoulés qui avait eu un double des clés ce qui leur avait permis de
voler plusieurs appartements vides cette nuit là. Il fut d'abord
soupçonné de complicité, il a eu droit à trois jours de garde à vue
inoubliables ou il reçut toutes les formes imaginables d'humiliation.
Le jour de sa libération pour manque de preuves, il apprit qu'il avait
été licencié. De retour à son repère, il fut surpris par la pluie et
avait failli mourir s'il n'avait pas été sauvé par un parfait inconnu.
Rachid ne s'est jamais remis de son arrestation, lui qui avait toujours
gardé la tête haute et su rester digne malgré tout, n'a pas pu admettre
qu'il puisse être humilié de la sorte, les mois suivants il avait
réussi à remonter la pente petit à petit, en retrouvant du boulot, en
s'isolant des heures avec son sac à dos qu'il déballait puis emballait
avec un amour et une précision sans bornes, mais dans ses yeux,
une lueur s'est éteinte, cette joie de vivre était partie à tout
jamais. Habitué à mettre un poste radio à ses côté pour l'accompagner
dans ses longues nuits de solitude, il ne s'en séparait jamais et ne
l'éteignait que le matin, mais cette nuit du premier Avril n'était pas
comme les autres,je suis descendu à cinq heures du matin de chez moi,
dans la cage d'escalier régnait un silence de mort et une odeur
inhabituelle, je suis parti vérifier et à mon grand désarroi j'ai
retrouvé le corps sans vie d'une homme si exceptionnel, il serrait dans
sa main droite la photo de sa femme et de sa fille et dans sa main
gauche celle de sa mère, sur un bout de papier, il expliqua qu'il avait
reçu la visite de sa fille qui lui demandait de la rejoindre le plus
tôt possible, en guise de message d'adieu, il avait écrit "Femmes, pour
vous j'ai vécu, pour vous je mourrai". Étrangement, j'ai découvert plus
tard une photo de ces quatre femmes réunies mais qui ne se sont jamais
rencontrées dans son fameux sac à dos bleu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arabasta1.blogspot.com/
bellyassine
Homo Addictus
Homo Addictus


Masculin Nombre de messages : 1005
Age : 96
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Vos essais personnels   26/12/2009, 00:47

Il fut un temps où l'insouciance menait les Hommes,les dirigeait vers des sentiment bien vite évanouies sous le poids des années,sous le poids du temps;des sentiment insoupçonnés alors,mais qui bien vite nous conduisent a la nostalgie.

Ce temps là,rare en sont les souvenirs,tel un lendemain de fête trop arrosé,des flashs ressurgissent comme un moment vécu dont on a peu ou pas de souvenirs.

Ces moments là sont pourtant encrés en nous,bien encrés en nous même.

C'est eux qui,malgré nous,nous façonnent,nous forgent et nous forment.

C'est a ses dépends que souvent on l'apprends.

Ainsi le temps qui passe change les Hommes en bien ou en mal.
Passer de l'ange au démon ou du rang de l'ange déchu a celui de Dieu vivant.

Il en va ainsi de ces êtres,balayé par les années,tels les feuilles d'automne balayer par les prémices d'une bise hivernale,trop vite arrivée.

C'est dans ce contexte que notre héros,passa de l'état de vivant a celui de survivant,de l'être au mal être,de la joie a la peine,de l'olympe aux enfers tombant graduellement de Charybde en Scylla vers une noirceur insoupçonnés.

Il était "beau et intelligent","social et aimé de tous",allant de maisons en maisons s'imposer comme "un membre de la famille",allant même a être "le fils,le petit frère,l'ami" qu'ils n'ont jamais eu.

Et puis le temps fit son effet.

L'insouciance vite évaporée,le charme s'effritant tel une craie écrasée,l'intelligence vite étouffée par un remue ménage cérébral incessant dans un monde en perpétuel changement et une propre vision du monde de plus en plus sombre,ont eu raison de sa joie,le menant au bras d'une alliée devenant bien vite son pire ennemi,le confrontant sans cesse a ce qu'il est devenu : la solitude.

C'est elle tel un amant en mal d'amour se voulant unique,qui éclipse les liens d'avec autrui,s'accaparant de vous tel un objet inestimable,vous conduit a un isolement privatif.

Elle nous ronge et nous nourrit,nous tue et nous ranime,nous révèle l'absent et décline le présent,ravivant un passé trop vite oublié,dans lequel nous continuerons sans cesse de vivre et d'espérer qu'un jour il revienne pour vivre,enfin dans ce monde aujourd'hui trop différent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tunisienne
Homulus Foetus
Homulus Foetus


Féminin Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 02/08/2008

MessageSujet: Re: Vos essais personnels   29/12/2009, 18:20

هذه ليست محاولة شعرية و لا حتى نصاً أدبياً انما هي صيحات شخص سأم من تجاهلهم لذاته و من سخريتهم بفنه الصامت، مل من حماقاتهم و كل ضحكاتهم من نفس يزعمون عيبها الاختلاف.
يقولون من أنت؟ فأفتش بين شظايا الأفكار علي أجد إجابةً ترضي فضولهم و تقتلني.تتهاطل أمطار أفكاري..من أنا؟
أنا العاشق في شوقه للقاء الحبيبة،أنا المفكر في محاولته لأستقاء الحقيقة، أنا الحمام في رقته وانكساره والنسر في شموخه و اصراره، أنا الشجر في تفاريعه الملتوية المخيفة..
أولست أنا ذلك التائه بين صفحات الزمان تدفعني رغبةٌ في إكتشاف أسطر الحياة الغامضة بفضولٍ طفوليٍ ملحٍ.
ما أكون سوى قطرة مطرٍ تترنح في سقوطها المقدس.بل أنا عاصفةٌ من غبار المشاعر تنفجر في ليلةٍ شتويةٍ فأنتفض في جنون تلك اللحظة و انفض عني خفايا ذاكرتي الشحيحة لالتهم الأسطر البيضاء التي لطالما خشيتها
سأنتقم منك يا سنوات الصمت المقيت.سأشعل في الحال النيران في مقبرة
أفكاري المستأصلة لتنبثق كولادةٍ جديدةٍ في غياهب النسيان غصون ذاكرةٍ هي ذاكرتي..ذاكرةٌ لشدما بالغت في اخفائها خوفاً عليها من الضياع..يال الحماقة!! الست أنا من اضاعها ؟ لكن لا ، الليلة سأنزع عنها غبار السنين و أعرضها عاريةً للمارة حتى يفهموا من أكون و إن لم يفهموا
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vos essais personnels   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vos essais personnels
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Essais nucléaires:le Parlement vote l'indemnisation des victimes
» Des soldats français ont-ils servi de cobaye lors des essais nucléaires ?
» souvenir des essais
» In Amguel, In Eker Sahara essais nucléaires
» Essais bébé après FC/IMG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternatif :: Culturiosités :: Littérature et Créations Littéraires-
Sauter vers: