Forum Tunisien de Discussions Libres et Constructives
AccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges   3/10/2008, 15:29

Decidement le Temps est en phase de devenir le journal le plus pertinent , voir le plus interessant de tout les medias Tunisiens ...

Depuis qu'ils ont change leur ligne editoriale en prenant plus de reisques et bravant certains tabous et en posant les bonnes questions, on obtient d'exellents articles qui posent vraiment les bonnes questions.

Voici un article date d'aujourd'hui qui souleve un probleme crucial ; Pendant que le monde financier s'embrase et que le Tunisien dort se goifre et s'eclate .. comment allons nous reagir ?
Citation :
… Et maintenant, se remettra-t-on au travail?

Alors que la planète flambe et que le cataclysme monétaire a déjà éclaboussé l'Amérique et menace sérieusement l'Europe, ici, en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges, à faire de la fausse dévotion face aux paroles du Mufti qui n'a pas vu le croissant,

à nous piaffer durant les journées ramadanesques de dialectique existentialiste sur les feuilletons et à toujours redécouvrir cette fibre masochiste que nous avons à dépenser toujours, "sous prétexte" que nous gagnons moins.

Avant-hier soir, il régnait un soupçon de couvre-feu sur Tunis. A Sfax, les agriculteurs entrevoyaient les signes d'une clémence du ciel, avant que celui-ci ne crache des pluies diluviennes. Durant deux jours, la Tunisie s'est endormie malgré les cris stridents des enfants qui apprenaient, jadis, aux adultes l'art de faire la fête mais qui ne savent plus la faire eux-mêmes. Les Tunisiens font semblant, comme le dirait Brel. Ils discutent tabous sociaux, riches et pauvres, racisme, harcèlement sexuel qu'auront courageusement dévoilés les fictions ramadanesques. "C'est un pas de plus franchi, à leurs yeux, sur le chemin de la démocratie et de l'harmonie sociale". Toutes les facettes et les contrastes de la société y sont disséqués : du coup, on se rend compte qu'il y a encore beaucoup à faire.

Nous sommes ainsi passés des lubies extraverties des festivals d'été à l'opacité des fictions télévisées fussent-elles travesties en autant d'incitations à l'évasion. Entretemps, nos enfants avaient repris le chemin de l'école, mais les enseignants n'y étaient pas encore tous. A l'université, c'est l'inverse: les profs sont là, les étudiants, non.
L'administration retrouve sa vocation kafkaïenne, ses dédales inexplorables et ses humeurs pestilentielles. Les caissiers des banques ruent dans les brancards si un client un peu trop riche vient effectuer un gros versement une heure avant la fermeture. Les préposés au comptoirs s'énervent si un client pas trop riche vient effectuer un petit retrait au moment où le gros bonnet fait son gros versement.

La flambée du pétrole? La chute du dollar? Les poussées de l'euro qui sont en train d'appauvrir l'Europe et risquent de ralentir le processus de convertibilité totale du dinar? C'est trop savant pour nous autres Tunisiens. Et puis voyons, pourquoi ces appels alarmistes, pourquoi nous effrayer si l'Etat providence a toujours réfléchi pour nous, travaillé pour nous, et cassé la tire-lire pour nous! Et puis on a toujours magnifié la capacité tunisienne à faire face aux chocs exogènes. Qui peut le plus, peut le moins: si nous résistons aux chocs exogènes, nous savons annihiler les chocs endogènes et avant même qu'ils ne surviennent.

Le plus curieux dans tout cela c'est que, jadis, très sensibles à ce qui se produit à l'étranger, nos concitoyens ne se sentent guère plus concernés par les soubresauts de l'économie mondiale. Dépenses effrénées; endettement faramineux des ménages; tendance à vivre au-dessus de ses moyens et le tout sur fond de paresse pénalisant la productivité dans le travail et, donc, la croissance.

Déjà les inégalités dans le monde du travail font que les 1/10e de la population activement sur-payés par rapport à ce qu'ils ne font pas et que le reste sont sous-payés par rapport à ce qu'ils font. En Tunisie, la norme de travail est autour des deux mille heures annuelles. En soi, cette norme est en deçà de la moyenne mondiale: 2400 heures. Et elle se répercute par: -1,07 en termes de croissance ce qui veut dire aussi qu'elle stimule les tendances inflationnistes; car les employés qui travaillent moins font tourner un peu trop de monnaie, parce qu'ils en ont le temps.

Calculez le nombre de jours fériés, le nombre de ponts qu'"édifient" illicitement nos travailleurs, ajoutez-y la séance unique estivale, le ramadan et la moyenne annuelle de 4 jours de maladie par an (multipliée par quatre et demi en Tunisie) et il sera aisé d'évaluer la courbe de travail dans notre pays. C'est comme cela: nous avons hérité de la France ses avatars administratifs.

Et à défaut de prêter l'oreille à ces gémissements face à la crise qui frappe à nos portes, nous cultivons l'espoir de voir la semaine des 35 heures appliquée en France, espérant une petite contagion…

Sauf que le problème est dans l'absence de culture économique des ménages. Dans l'absence de culture citoyenne. Les médias font toujours dans la langue de bois. La télé le fait systématiquement pour ne pas paraître alarmiste.

C'est comme si tout était fait pour nous encourager à travailler moins et, donc, à produire moins. La baraka est toujours là en somme... Mais attention: les Américains moyens ne se sont toujours souciés que de ce que vaut leur dollar en Amérique même. Maintenant ils découvrent que le fait qu'il ne vaille presque plus rien dehors, les met en crise. C'est l'effet boomerang qui vient sonner le glas de leur béatitude, de leur assurance et de leur arrogance.

Le seul moyen de s'en sortir? Les 700 milliards de dollars de l'Etat fédéral, bien sûr. Mais surtout le travail, la productivité. Les Tunisiens devraient regarder moins de feuilletons, et regarder plus d'émissions économiques, seul moyen, peut-être, de réaliser que, financièrement, économiquement, New York n'est pas très très loin.

Raouf KHALSI

_________________
Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence Léon Blum

La femme est l'égale de l'homme, elle n'a donc pas besoin d'un bout de chiffon pour se cacher

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahéna
Homo Addictus
Homo Addictus
avatar

Féminin Nombre de messages : 1914
Age : 100
Localisation : Behind you
Emploi : legal
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges   3/10/2008, 16:17

Excellent article c'est exactement ce qu'on se disait aujourdhui dans la famille,qu'on va évidemment nous aussi en Tunisie etre touchés par cette crise mondiale financiere mais que pour le moment les gens ne s'étaient préoccupés que de leurs estomacs et des festivités ramadanesques.


Dernière édition par Kahéna le 3/10/2008, 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghoul
Homo Pacificus
Homo Pacificus
avatar

Masculin Nombre de messages : 2552
Age : 43
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges   3/10/2008, 16:18

La Tunisie, c'est devenu tkarkirland, on vit dans notre petite bulle consumériste sans se soucier de ce qui passes dehors.

_________________
استيقظوا إنهم يكذبون عليكم
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kahéna
Homo Addictus
Homo Addictus
avatar

Féminin Nombre de messages : 1914
Age : 100
Localisation : Behind you
Emploi : legal
Date d'inscription : 22/02/2008

MessageSujet: Re: La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges   3/10/2008, 16:24

T'inquiete, ils se reveilleront dès que les banques ne seront plus là pour soutenir les emprunts!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Maitre du Monde
Maitre du Monde
avatar

Masculin Nombre de messages : 6294
Age : 97
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges   3/10/2008, 16:31

Kahéna a écrit:
T'inquiete, ils se reveilleront dès que les banques ne seront plus là pour soutenir les emprunts!

c'est ce que je me disais ... des que bech y9ossoulhom el 3alfa des credits .. ils vont se reveiller avec la gueule de bois

_________________
Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence Léon Blum

La femme est l'égale de l'homme, elle n'a donc pas besoin d'un bout de chiffon pour se cacher

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
El_Manchou
Homo Genius
Homo Genius
avatar

Masculin Nombre de messages : 4411
Localisation : Damous el Hajja
Emploi : Chasser le 5wenji et la voilée
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges   3/10/2008, 16:38

j'avais remarqué ça à travers le cous de bourse de nos banques, aucune n'était impactée par la crise mondiale.
Je crois que s'il y a un souci, elle feront faillite directement sans passer par la phase "cassage de gueule dans le marché boursier !!!

Les banques Tunisiennes, à l’abri de la crise des subprimes !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rap125.com
Ghoul
Homo Pacificus
Homo Pacificus
avatar

Masculin Nombre de messages : 2552
Age : 43
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges   3/10/2008, 17:01

Sur un plan théorique, comme en Tunisie il n'y a pas de libre circulation de capitaux, nous risquons moins la contagion de la crise américaine que l'Europe ou l'Asie dont les banques et les institutions financières ont achetés ces actifs pourris

Par contre, elles vont certainement vivre le "credit cruch", comme l'Etat tunisien par ailleurs qui aura plus de mal à se financer. Les banques filiales de banques étrangères (UIB, UBCI, Attijar...) dépendront également de la santé de leur sociétés mères.

Il faut considérer aussi le secteur financier tunisien était déjà en crise et en restructuration dans la perspective de la convertibilité totale justement, cette crise va changer beaucoup de choses, peut être même qu'on laissera tomber cette idée

Sur un autre plan l'économie tunisienne souffrira de la baisse de la demande européenne, vu que c'est notre principal client à l'export, comme en Europe il y aura donc probablement une baisse de la croissance et du chomage

Bref, va y avoir du sport...

_________________
استيقظوا إنهم يكذبون عليكم
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OverDrive
homulus magnus celer
avatar

Masculin Nombre de messages : 2123
Age : 41
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges   3/10/2008, 17:06

Si les banques n'ont pas investi massivement dans des actifs contaminées elles ne risquent pas grand chose. Je ne sais pas si nos banque ont une liquidité et une marge de manoeuvre pour placer de la devise dans des marchés étrangers.
La crise peut nous toucher par une éventuelle récession. Les potentiels investisseurs sont plus conservateurs, les banques les soutiennent moins ce qui fait qu'il y'aurait moins d'investissements étrangers. Le contraire pourrait arriver si on se présentait comme une alternative plus rassurante pour ceux qui ne veulent plus tout à fait confier leur argent aux tumultes des marchés financiers américains et autres.
Donc je pense qu'on ne serait pas affecté par le problème des actifs bidons (toxic assets) faites de prêts subprime et autres produits financiers nées de la titrisation. On peut par contre subir les effets induits sur l'économie mondiale et la récession.

Je ne pense pas que la séance unique est la seule et unique tare qui freine l'économie. On focalise sur les choses visibles. L'américain dit "Work Smarter Not Just Harder". On imitant les pays qui font 2400 heures par an on ne va pas arriver automatiquement à avoir leur économie. On aura les avantages et les inconvénients d'un modèle.
J'ai travaillé dans la fonction publique et je peux vous assurer que la dernière demi-heure le samedi de 13h à 13h30 ne change pas la productivité de la semaine.
Je pense que la qualité de vie est un investissement en soi.
Si on travaillait tous à la mine à extraire du charbon je comprendrais qu'on veuille accélérer la cadence à tout le monde seulement dans 80% des cas productivité équivaut implication et y mettre le coeur et non creuser un trou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges   

Revenir en haut Aller en bas
 
La crise est serieuse et en Tunisie, nous en sommes toujours à nous interroger sur le sexe des anges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Accident du travail : nous ne sommes pas couverts pour les soins
» Est-il possible que certaines âmes-sœurs nous rendent fous et que nous ayons envie de les fuir ?
» Les réservistes appelés à passer au bénévolat
» Nous sommes les nerfuls, nous sommes des p'tites balles!
» Restaurants pour nous les Dukanettes parce que nous le valons bien !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternatif :: Société :: Points de Vue-
Sauter vers: