Forum Tunisien de Discussions Libres et Constructives
AccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nizar QABBANI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phidias
Homo Pacificus
Homo Pacificus


Masculin Nombre de messages : 5257
Localisation : ... dans le désert
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Nizar QABBANI   27/1/2008, 02:37

Leçon d’art plastique

Mon fils pose devant moi sa palette de couleurs
Et me demande de lui dessiner un oiseau.
Je plonge le pinceau dans la couleur grise
Et lui dessine un carré
Avec des barreaux et un cadenas.
Mon fils me dit, tout surpris :
Mais c’est une prison, père,
Ne sais-tu donc pas dessiner un oiseau ?
Je lui dis : Mon fils, excuse-moi,
Je ne sais plus comment sont faits les oiseaux.

Mon fils pose devant moi ses crayons de couleurs
Et me demande de lui dessiner la mer.
Je prends un crayon mine
Et lui dessine un cercle noir.
Mon fils me dit :
Mais c’est un cercle noir, père,
Ne sais-tu donc pas que la mer est bleue ?
Je lui dis : Ecoute, mon fils,
Jadis, je savais très bien dessiner les mers,
Mais on m’a confisqué ma canne à pêche,
On m’a pris mon bateau,
On m’a interdit toute relation avec la couleur bleue,
Et avec le poisson de la liberté.

Mon fils pose devant moi son cahier de dessin
Et me demande de lui dessiner un épi de blé.
Je prends un crayon
Et lui dessine un revolver.
Mon fils se moque de mon ignorance
Et me dit, tout étonné :
Ne fais-tu donc pas la différence
Entre un épi de blé et un revolver ?
Je lui réponds : Ecoute, mon fils,
Je savais jadis comment était fait l’épi de blé,
Comment était la galette de pain,
Comment était la rose,
Mais en ce temps métallique,
Où les arbres de la forêt
Se sont enrôlés dans la milice
Où la rose est en tenue léopard,
En ce temps d’épis armés,
D’oiseaux armés,
De culture armée,
Je n’achète pas une galette de pain
Sans y trouver un revolver,
Je ne cueille pas une rose dans un bosquet
Sans qu’elle me menace de son arme,
Je ne feuillette pas un livre dans une librairie
Sans qu’il explose entre mes mains.

Mon fils s’assoit sur le bord de mon lit
Et me demande de lui réciter un poème.
Je verse une larme sur l’oreiller.
Il la ramasse et me dit :
Mais c’est une larme, père, et non un poème,
Je lui dis :
Quand tu seras grand
Et que tu liras la somme de la poésie arabe,
Tu sauras que le mot et la larme sont frère et sœur
Et que le poème arabe
N’est qu’une larme qui coule entre les doigts.
Mon fils pose devant moi sa boîte de couleurs
Et me demande de lui dessiner une patrie.
Le pinceau tremble dans ma main
Et je fonds en larmes …

Nizar QABBANI (1923, Damas – 1998, Londres)
Femmes (1988), Syrie

Sa poésie amoureuse, parfois libertine, lui valu une immense popularité dés ses débuts dans les années 1940. Après 1967, il est devenu un véritable phénomène de l’édition arabe grâce à ses poèmes engagés dans lesquels il dénonçait l’occupation israélienne, les pouvoirs en place, l’obscurantisme religieux et la violation des droits de l’homme. Usant sans complexe des mots de tous les jours, soucieux aussi de la musicalité immédiate de ses vers, il est l’un des rares à avoir simultanément pratiqué les mètres classiques, le vers libre et le poème prosé.

Merci à une amie tunisienne (N.) pour m’avoir fait découvrir cet auteur.

_________________
Vivre et laisser Vivre !
=> http://blog-alternatif.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghoul
Homo Pacificus
Homo Pacificus


Masculin Nombre de messages : 2552
Age : 43
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Nizar QABBANI   2/4/2008, 17:02

en arabe, nizar 9abbani (désolé Phidias)

Citation :

لقد مر عشرون عاما علينا
لقد مر عشرون عام
و لا نجم يسطع
لا ارض تحبل
لا قمح يطلع من تحت هذا الركام
و لا غيمة ماطرة
فهل نسي الشارع العربي الكلام
و صرنا شعوبا بلا ذاكره؟؟؟
*****
لقد مر عشرون عاما علينا
لقد مر عشرون عام
و نحن وقوف كأعمدة الكهرباء
نحدق مثل البهاليل صوب السماء
تمر القطارات من قربنا
تمر الحضارات من فوقنا
تمر الزلازل من تحتنا
فلا نتأمّل شيئا
و لا نتعلم شيئا
و لا نتذكر شيئا
و لا نتحمس حين مجيئ الربيع
و لا نتأثر حين الشتاء
فلا الله يرضى المكوث لدينا ولا الانبياء
*****
لقد مر عشرون عاما علينا
لقد مر عشرون عام
و ليس هنالك من يطرح الاسئلة
و ليس هناك مسيح و لا جلجله
و نحن هنا
نتناسل مثل الزواحف في الغرف المقفله
فاين هو الشاعر العربي
الذي كان يبصق نارا
و لا يعرف الفرق بين القصيدة و القنبله
*****
لقد مر عشرون عاما علينا
لقد مر عشرون عام
و نحن توابيت مصنوعة من رخام
نبايع أي عقيد يجيئ
و نلعق جزمة أي نظام
و نلبس جلد النمور و نحن حمام
و نزعم انّا جبال
و نحن نطير بكل اتجاه
كريش النعام
كريش النعام

merci au bloggueur bouhali pour nous l'avoir fait (re)découvrir

http://roufrouf.blogspot.com/2008/02/blog-post_19.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hyperion
Homo Pacificus
Homo Pacificus


Féminin Nombre de messages : 3432
Age : 39
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Nizar QABBANI   2/4/2008, 17:28

Ghoul a écrit:
en arabe, nizar 9abbani (désolé Phidias)

Citation :

لقد مر عشرون عاما علينا
لقد مر عشرون عام
و لا نجم يسطع
لا ارض تحبل
لا قمح يطلع من تحت هذا الركام
و لا غيمة ماطرة
فهل نسي الشارع العربي الكلام
و صرنا شعوبا بلا ذاكره؟؟؟
*****
لقد مر عشرون عاما علينا
لقد مر عشرون عام
و نحن وقوف كأعمدة الكهرباء
نحدق مثل البهاليل صوب السماء
تمر القطارات من قربنا
تمر الحضارات من فوقنا
تمر الزلازل من تحتنا
فلا نتأمّل شيئا
و لا نتعلم شيئا
و لا نتذكر شيئا
و لا نتحمس حين مجيئ الربيع
و لا نتأثر حين الشتاء
فلا الله يرضى المكوث لدينا ولا الانبياء
*****
لقد مر عشرون عاما علينا
لقد مر عشرون عام
و ليس هنالك من يطرح الاسئلة
و ليس هناك مسيح و لا جلجله
و نحن هنا
نتناسل مثل الزواحف في الغرف المقفله
فاين هو الشاعر العربي
الذي كان يبصق نارا
و لا يعرف الفرق بين القصيدة و القنبله
*****
لقد مر عشرون عاما علينا
لقد مر عشرون عام
و نحن توابيت مصنوعة من رخام
نبايع أي عقيد يجيئ
و نلعق جزمة أي نظام
و نلبس جلد النمور و نحن حمام
و نزعم انّا جبال
و نحن نطير بكل اتجاه
كريش النعام
كريش النعام

merci au bloggueur bouhali pour nous l'avoir fait (re)découvrir

http://roufrouf.blogspot.com/2008/02/blog-post_19.html

excellent

_________________
cul qui gratte doigt qui pue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kaaboura
Homulus Kaaborus
Homulus Kaaborus


Masculin Nombre de messages : 646
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Nizar QABBANI   2/4/2008, 17:33

Irremplaçable Nizar...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phidias
Homo Pacificus
Homo Pacificus


Masculin Nombre de messages : 5257
Localisation : ... dans le désert
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Nizar QABBANI   5/8/2008, 11:18

Ce Syrien diplomate et lettré, grand enamouré de la beauté, ne dédaigne pas de traiter des problèmes de son temps. Poète, il lui plaît d’endosser l’habit sans apprêt du diseur populaire, avec simplicité, mais d’une écriture plus savante qu’il n’y paraît, ce qui lui a valu un large prestige.

AU CAFE
Non loin de moi, elle prit un siège,
S’y installa sans hâte et fut comme une rose
Exposant sa nonchalance
Sur la lèvre du vase

Le papier d’une lettre apparut, humble et soumis,
Dans sa main,
Moissonnant un reste de sa fidélité.

Ma tasse de café s’échappait, elle, sans cesse
De ma main,
Dans le désir de rejoindre sa tasse.

Ô le tourment infligé par ce capuchon dont le soleil
Auréolait sa tête ! …
Et ce poudroiement d’or que met en mouvement
L’haleine de l’été ! …

Le voyage d’un rayon de lumière
Sur son genou
Ebranle les fondations de mon âme !

Elle, de sa tasse, humait à loisir
Quelques gouttes de café,
Et moi, j’en buvais au bord
De ses paupières !

Ah, ce récit conté par les deux yeux, qui me demandent
D’être son esclave,
Comme sont les astres au ciel
En leur perpétuelle ronde !

Chaque fois que je la regarde
Longuement, elle rit,
Dénudant la blancheur de neige
De ses dents.

~

Partage avec moi le café du matin,
Et ne t’ensevelis pas dans la moire tristesse
De l’irrésolution !

Je suis ton voisin, ô Dame mienne,
Et les collines elles-mêmes prennent des nouvelles
De leurs voisines.

Qui suis-je ? … Laisse de côté
Les questions. Je suis
Une esquisse à la recherche des couleurs
Qui la feront exister …

~

Un rendez-vous, Madame ?
Elle sourit
Et me montra du doigt
Son adresse sur l’enveloppe.

J’y portai mes regards attentifs,
Et ne pus rien voir, sauf
La marque du rouge à lèvres
Sur sa tasse de café.

_________________
Vivre et laisser Vivre !
=> http://blog-alternatif.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nizar QABBANI   Aujourd'hui à 17:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Nizar QABBANI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NIZAR KEBANI
» Un Gendarme fauché en intervention

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternatif :: Culturiosités :: Littérature et Créations Littéraires-
Sauter vers: