Forum Tunisien de Discussions Libres et Constructives
AccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le commerce parallèle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ghoul
Homo Pacificus
Homo Pacificus
avatar

Masculin Nombre de messages : 2552
Age : 44
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Le commerce parallèle   17/7/2007, 10:01

Un des maux de l'économie tunisienne, disséqué par Khaled Boumiza

Citation :
16-07-2007 : Tunisie : On ferme bien l'œil au Sud !
par : K. Boumiza

On ne se le cache plus, le commerce parallèle est l'un des chevaux de Troie de l'Utica (Centrale patronale tunisienne) qui l'appelle ainsi. On le sait bien aussi, le commerce non réglementé est l'un des talons d'Achille du ministère du commerce qui l'appelle ainsi. Lorsqu'on en parle, personne n'est content et chacun sort ses arguments, pour ou contre. Il est cependant plus d'une vérité que personne ne peut nier, ni le ministère (de responsabilité liée avec ceux des finances et de l'intérieur), ni les patrons eux-mêmes.

La première de ces vérités, est que la fameuse politique d'assèchement des sources, brandie par le ministère du commerce, à chaque fois qu'on parle de stratégie ou de politique de lutte contre ces commerces qui jalonnent un très grand nombre de villes, de Ben Guerdane (Sud tunisien près de la frontière libyenne), jusqu'à Tunis (et on n'en connaît pas, c'est sûr, tous les emplacements), a franchement échoué, tout au moins connaît-elle désormais ses franches limites.

Nous avons été, la semaine dernière, dans cette ville du Sud où le commerce parallèle fleurit en villas, presque de maître, dans une ville où il n'y a pourtant ni industrie, ni grande activité agricole. A Ben Guerdane, le «marché maghrébin» comme il est appelé là-bas, est un espace commercial à ciel ouvert d'une très grande surface, à tel point qu'il vous faut des porteurs en brouettes jaunes et bleues (couleur unifiée !) qui transportent vos achats, pour vous permettre de faire le tour de cet énorme bric-à-brac de marchandises où l'on est capable de vous trouver «le lait de l'ogresse» ! Le «marché maghrébin» qui avait commencé par quelques baraquements de tous types, prend depuis quelque temps un autre virage. Dans son enceinte, on construit maintenant et désormais en dur et pas uniquement les mûrs, mais tout en briques et en béton. La municipalité du coin et ses fameux agents des procédures qui dirigent ce marché à l'espace plus grand que les plus connus des hypermarchés tunisois d'une main alternant le fer et le velours, élargit son business. On a ainsi pu voir se construire de nouveaux commerces en dur dans l'enceinte de ce marché. La municipalité de Ben Guerdane fait en effet payer des locations à l'année qui arrivent, selon les principaux intéressés, à 500 DT. Cela sans compter les frais mensuels et les différentes taxes municipales qu'elle récolte auprès de tout ce qui vend ou achète dans l'enceinte de son marché. Dans un réflexe de «pucelle», la municipalité refuse pourtant de munir ce marché de l'électricité, comme pour donner un message qui voudrait dire qu'elle n'en ferait pas un vrai marché installé ! Cela n'empêche pas les commerçants de se munir des groupes électriques indépendants et fonctionnant aux produits pétroliers. Tous les produits de ce marché, qui est courus par les consommateurs de tous les coins et recoins de la Tunisie et par d'autres commerçants venus y approvisionner leurs étales, sont importés de Libye et on y trouve de tous, de l'agroalimentaire au textile, en passant par l'électronique et les fameux pneus dont la Stip (société tunisienne des industries pneumatiques) s'était vainement plainte jusqu'à l'épuisement financier.

L'essence, moins chère que Tunis !

Autre commerce, parallèle (un euphémisme!), autres vérités, mais toujours la même région du Sud. De Gabès et même d'avant puisqu'on en a pu trouver traces dans le gouvernorat de Kairouan, se vendent en «libre commerce» de l'essence et du gasoil, «importés» de Libye certainement, mais on ne sait par quel moyen. Tout au long de la route menant de Gabès à Médenine et en dehors des deux villes, de petits bidons de plastic de 5 litres et plus, sont exposés, parfois déformés par la chaleur, sur les bords des routes. Le prix de l'essence, dont la rumeur dit qu'elle est plus performante que la tunisienne, se négocie à 16 DT et moins pour les 20 litres. L'offre se fait dans des conditions de sécurité qui défient toutes les règles de sécurités minimales. L'offre se fait par de petites huttes, de bois de palmier ou de plastique, en bord de route. On vous remplit le réservoir par le biais d'un entonnoir que le revendeur brandit à bout de bras pour appâter les automobilistes.

Là aussi, on a pu être témoin du laisser-faire de l'Administration, vis-à-vis de ce genre de trafic toléré. Sur certains tronçons de route, les autorités routières avaient leurs voitures parquées en face ou au milieu même de ces vendeurs. Certains faisaient commerce, de produits normalement hautement réglementés et uniquement vendus en kiosques, pas loin des brigades d'intervention qui les protègeraient presque! Le comble!

Là aussi, on a pu être témoin du fait que ces ventes ne relèvent pas du petit trafic anodin. Il ne s'agissait pas de quelques jerricanes, mais de groupes de barils stockés dans des aires dédiées, et où les petits revendeurs viennent s'approvisionner. Décryptage, c'est un trafic qui se fait à grande et large échelle, un trafic bien organisé et qui mobilise de grands moyens !

Face à ces deux «commerces parallèles», on peut aisément se poser la question du pourquoi de cette attitude de laisser-aller de l'Administration, qu'elle soit commerciale, fiscale, administrative et même de sécurité ? Pourquoi ferme-t-on l'œil sur ces sources d'explosion d'un produit hautement inflammable ? Pourquoi ferme-t-on l'œil sur ce produit qui est peut être frelaté et dommageable pour les voitures des citoyens ? Pourquoi fermerait-on l'œil dans une région et pas dans d'autres ? On aimerait tous acheter de l'essence à si bas prix ! On aimerait tous aussi pouvoir faire nos courses moins chères que ces boutiques qui paient fiscalité et taxes et qui deviennent moins concurrentielles que le «marché maghrébin» ! Pourquoi ne ferait-on pas de la Tunisie, toute la Tunisie bien sûr pour les besoins de la justice sociale, une vaste zone franche pour tous produits, y compris l'essence !

http://www.africanmanager.com/articles/113910.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoubeïr
Homo Habilis
Homo Habilis
avatar

Masculin Nombre de messages : 191
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Le commerce parallèle   17/7/2007, 19:35

Citation :
Pourquoi ne ferait-on pas de la Tunisie, toute la Tunisie bien sûr pour les besoins de la justice sociale, une vaste zone franche pour tous produits, y compris l'essence !

a l'independance j'aurais esperé que l'Etat opte pour une economie ouverte sans douane sans taxes.

il est certaint qu'on avait le soucis de mettre en place une industrie nationale, mais finalement c'est les industrie sous le regime off shore qui ont assuré une certaine richesse du pays.

la ou il ya des barrieres les commerçant ont inventé des moyens de les contourner, et ceci reste valable partout.

si l'Etat laisse faire au Sud concernant le commerce parrallele c'est qu'au sud c'est devenu presque le seul facteur de richesse, vous rappellez vous de Benguerdane avant l'ouverture des frontieres avec la lybie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghoul
Homo Pacificus
Homo Pacificus
avatar

Masculin Nombre de messages : 2552
Age : 44
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Le commerce parallèle   18/7/2007, 09:32

C'est un facteur de richesses au sud parce qu'au nord les frontières sont fermés et le commerce parallèle plus difficile. Si tout le pays était ouvert, il n'aurait pas grand chose à gagner du commerce car tout le monde s'y mettrait, mais d'un autre côté il n'y aurait aucune industrie nationale.

Je ne suis pas d'accord avec toi, le protectionnisme a eu ses avantages, aujoud'hui nous avons des groupes et des entreprises locales qui ont une certaine expertise et un certain savoir faire et cela n'aurait pas été possible si le marché étaient complètement ouvert. Les multinationales se seraient accaparé tout le marché et nous serions très dépendants sur le plan du commerce extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoubeïr
Homo Habilis
Homo Habilis
avatar

Masculin Nombre de messages : 191
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Le commerce parallèle   18/7/2007, 14:22

Ghoul a écrit:
C'est un facteur de richesses au sud parce qu'au nord les frontières sont fermés et le commerce parallèle plus difficile. Si tout le pays était ouvert, il n'aurait pas grand chose à gagner du commerce car tout le monde s'y mettrait, mais d'un autre côté il n'y aurait aucune industrie nationale.

Je ne suis pas d'accord avec toi, le protectionnisme a eu ses avantages, aujoud'hui nous avons des groupes et des entreprises locales qui ont une certaine expertise et un certain savoir faire et cela n'aurait pas été possible si le marché étaient complètement ouvert. Les multinationales se seraient accaparé tout le marché et nous serions très dépendants sur le plan du commerce extérieur.

possible mais il reste que les economies ouvertes ne souffrent pas d'absence d'industrie locale, et qui est performante aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghoul
Homo Pacificus
Homo Pacificus
avatar

Masculin Nombre de messages : 2552
Age : 44
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Le commerce parallèle   18/7/2007, 14:39

Zoubeïr a écrit:


possible mais il reste que les economies ouvertes ne souffrent pas d'absence d'industrie locale, et qui est performante aussi.

Oui mais ces économies ont développées leurs industries sur une plus longue période (les pays d'europe occidentale) ou alors ont recourus au protectionnisme à un certain moment (comme le japon ou la corée) ou tout simplement il s'agit de mastodonte économique qui ne souffrirait pas de la concurrence d'autres économie tellement la leur est importante (les Etats Unis).

Mais la Tunisie est un petit pays, qui n'a pas d'historique industrielle, qui n'a pas beaucoup de capitaux et qui n'a pas beaucoup de temps.

Attention je ne suis pas contre la mondialisation ou l'ouverture des marchés, bien au contraire. Mais je trouve que c'est à mettre à notre crédit que beaucoup des produits que nous consommons sont fabriqués chez nous avec du travail de tunisiens et non importés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wild_bled
Homo Habilis
Homo Habilis
avatar

Masculin Nombre de messages : 305
Localisation : SfaX
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Le commerce parallèle   19/7/2007, 17:36

...صح النوم.....
... سكرو عليهم اللعب وهاك الزوز ملاين بشر الي عندكم عشرين سنا ناسيينهم....يهبطو التونس العاصمة و يقولولك....برا عيش انت في الجنوب...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le commerce parallèle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le commerce parallèle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pétition Vétérinaires: halte au commerce
» popo21-correction - essor commerce à Venise - nov. 2012
» Commerce équitable et contradiction
» Almanach du Commerce et de l'Industrie Paris 1862
» Le commerce équitable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternatif :: Actualités :: La Tribune-
Sauter vers: