Forum Tunisien de Discussions Libres et Constructives
AccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ENNEJMA EZZAHRA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phidias
Homo Pacificus
Homo Pacificus
avatar

Masculin Nombre de messages : 5257
Localisation : ... dans le désert
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: ENNEJMA EZZAHRA   14/3/2008, 23:24

Pour découvrir les charmes de Sidi-Bou, se laisser guider par son instinct et par la lumière, flâner au hasard, est la meilleure solution. C’est cette escapade culturelle délicieusement vécue un jour de Décembre 2005 que je vous propose de revivre …
(photos perso, appareil argentique, bien qu'officielement ce soit interdit Rolling Eyes )

Quelques pas après l’antique fontaine au pied du village maraboutique, emprunter vers la droite un petit sentier bordé de minuscules orangers et d’aloès, se trouver engagé sur une envoûtante arabesque dont l’humble courbe augure plus d’un ermitage mystique que d’une somptueuse demeure. Au détour du chemin se dresse, à droite, une entrée en porche, haute porte aux lourds battants en bois, peints en jaune et cloutés de noir, à la manière andalouse,

Photobucket

Suivre l’allée bordée de fleurs enlaçant la colline, talus encore d’aloès et de petits orangers, mais également de cactus,
Photobucket

mais surtout grand parc agrémenté d’agréables jardins andalous et persans,
Photobucket

et d’une piscine,
Photobucket

pour arriver enfin devant la grande demeure,
Photobucket

Photobucket

le palais dominant la mer d’une vue époustouflante, imprenable vue sur le golfe de Carthage.
Photobucket

Photobucket


Le palais couvre près de 1 500 m² et dispose de superbes salles riches en colonnes et en panneaux de bois ajouré, qui renferment une collection d'instruments de musique, de meubles et de tapis. Au gré des salles on découvre ainsi de belles collections de peintures, tapis, meubles et verreries. Certaines pièces comme le salon de Musique ou la bibliothèque sont restées intactes de l’époque du Baron. Le salon de musique, la bibliothèque, la fontaine en marbre noir du grand salon sont un enchantement. Les lieux retrouvent leur véritable vocation lorsque les cordes du luth vibrent d’une pièce à l’autre, comme au temps du baron …

Photobucket


... beaux souvenirs !

Et je recommande à tous la visite du palais.

_________________
Vivre et laisser Vivre !
=> http://blog-alternatif.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phidias
Homo Pacificus
Homo Pacificus
avatar

Masculin Nombre de messages : 5257
Localisation : ... dans le désert
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: ENNEJMA EZZAHRA   17/4/2008, 22:48

En complément de la visite, une synthèse (compile à partir de plusieurs sources différentes) de l'historique du Baron d'Erlanger et de son beau palais :


Photobucket


Ce baron français, né le 7 juin 1872 à Boulogne-Billancourt dans une famille de riches banquiers, prend la nationalité britannique en 1894. Peintre d’inspiration orientaliste, savant et mécène, il était un grand musicologue, auteur d’un ouvrage de référence : « la Musique arabe, ses règles, leur histoire ».

D’Erlanger fait construire à Sidi Bou Saïd un palais entre 1912 et 1922 selon les normes de l’architecture andalouse, avec notamment la participation d’ouvriers marocains, et il appelle son palais Ennejma Ezzohra : "l’Etoile de Vénus". Dans ce lieu prestigieux, d’Erlanger s’adonne à la peinture (précisément, en tant que portraitiste orientaliste).

Photobucket

Grand amateur de musique, il oeuvra pour la promotion du malouf, musique tunisienne traditionnelle, s’entoure de musiciens de l’époque, d’origines diverses, s’initie à la cithare sur table (le qanoûn) ; il s’intéresse également aux traités musicaux arabes du Moyen-Âge et finit par entamer son projet colossale qui prévoit, entre autres, la traduction de ces traités en français, la collecte et la transcription des répertoires musicaux de son époque ; ses travaux et son intérêt pour la musique sont d’une importance telle que Farouk, le roi égyptien de l’époque, le charge de la préparation du Ier Congrès de la musique arabe, qui se tient du 28 mars au 3 avril 1932. D’Erlanger y travaille avec l’aide de musiciens tunisiens et proche-orientaux, ainsi que du Baron, arabisant, Carra De Vaux. Malheureusement, sa santé ne lui permet pas de se rendre au Caire pour participer au Congrès et décède le 29 octobre de la même année.

Grâce à ses collaborateurs, notamment, son secrétaire Mannoubî Snoussî, le musicologue Henri George Farmer, le Baron Carra De Vaux, le Syrien Alî Darwîsh et le Tunisien Ahmed al-Wâfi, six tomes sur la musique arabe vont voir le jour : le premier est publié du vivant de son auteur ( en 1930 ), les cinq autres, respectivement, en 1935, 1938, 1939, 1949 et 1959.

Les travaux de d’Erlanger constituent une source d’informations incontournable pour les musiciens et les chercheurs ; le Congrès du Caire, dont d’Erlanger a été la cheville ouvrière, a réuni des musiciens d’origines diverses, notamment des Occidentaux, comme Bartok et Hindemith,…et le Turc Raoûf Yekta.Tous ont travaillé côte à côte pour consigner et appeler à la préservation d’un patrimoine qui, en définitive, appartient à l’Humanité tout entière, un patrimoine auquel ont participé aussi bien les Grecs que les Indiens, les Perses et les Arabes, et dont les musiciens et poètes européens du Moyen-Âge à l’époque de l’Espagne andalouse se seraient inspirés ; à savoir : les Troubadours, puis les Trouvères et les Minnesänger.
Photobucket

Il contribua à développer la notoriété de Sidi Bou Saïd. Il obtient, le 28 août 1915, la protection intégrale du site et choisit d’imposer une couleur unique pour les boiseries des portes, fenêtres et moucharabiehs. Un décret est pris pour assurer la protection du village, imposant le bleu lumineux et le blanc si chers au baron et interdisant toute construction anarchique sur le promontoire, faisant de Sidi Bou Saïd le premier site classé au monde.

Après sa mort le 29 octobre 1932 à Tunis, le palais prit le nom de Ennejma Ezzahra. Monument historique classé et considéré parmi les joyaux de l'architecture en Tunisie, et partant du fait que le baron d'Erlanger symbolise l'ouverture d'esprit et le dialogue des cultures, le palais est devenu le Centre des musiques arabes et méditerranéennes en 1991, un établissement culturel multidisciplinaire consacré à la musique. Il abrite de multiples activités liées à la conservation et à la diffusion du patrimoine musical. Il réunit dans le cadre d'une vision globale et intégrée les activités scientifiques et intellectuelles avec une programmation musicale de qualité. Des concerts y sont régulièrement organisés.

_________________
Vivre et laisser Vivre !
=> http://blog-alternatif.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ENNEJMA EZZAHRA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternatif :: Culturiosités :: Arts, Photo et Délires Artistiques-
Sauter vers: